Toulouse : Plus de 21 ans après l’explosion d’AZF, les scellés (et le contrôle du cratère) bientôt levés

JUSTICE Le parquet général de la cour d’appel de Paris vient de confirmer la prochaine levée des scellés judiciaires et la fin du contrôle judiciaire sur le site de l’explosion d’AZF

B.C.
— 
Le cratère où a eu lieu l'explosion, là au lendemain du 21 septembre 2001, est encore sous scellé.
Le cratère où a eu lieu l'explosion, là au lendemain du 21 septembre 2001, est encore sous scellé. — WITT/SIPA

C’est l’un des derniers stigmates encore visibles de l’explosion de l’usine AZF, le 21 septembre 2001, à Toulouse. En passant route d’Espagne, coincé entre la Garonne, le périphérique et le campus de cancérologie, le cratère de 20 mètres de diamètre rappelle encore le lieu où étaient stockées les 300 tonnes du hangar 221 qui ont explosé, causant la mort de 31 personnes.

Comme 1.700 documents, objets ou prélèvements, il était placé depuis ce jour-là sous scellés judiciaires, à l’instar des deux hectares qui l’entourent. Une situation qui perdurait malgré la condamnation définitive des anciens dirigeants de l’usine en 2017, confirmée par la Cour de cassation deux ans plus tard.

Dernière opération

Un contrôle judiciaire qui empêchait la métropole toulousaine de pouvoir continuer à développer cette zone. Ce qui a conduit son président, Jean-Luc Moudenc, à saisir directement le garde des Sceaux sur cette question.



En retour, le parquet général de la cour d’appel de Paris, compétent en la matière, vient de lui répondre que, à la suite d’une décision de destruction des scellés en date du 8 avril dernier, « un premier enlèvement des scellés a été mené à la fin du mois de juin et qu’une seconde opération devrait avoir lieu d’ici la fin du mois de septembre ».

C’est seulement à l’issue de dernière opération que la levée des scellés judiciaires et la fin du contrôle judiciaire sur le site de l’explosion seront définitivement validées.