Grèves : Ecole, transport, énergie… Le point sur la journée de manifestations de ce jeudi

GREVE Le mouvement de grève répond à l’appel de la CGT, FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse

20 Minutes avec AFP
— 
La CGT appelle à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles le 29 septembre.
La CGT appelle à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles le 29 septembre. — ISA HARSIN/SIPA

La CGT, Solidaires et la FSU appellent à une journée de grève et de manifestations jeudi. Si les motifs de mécontentement sont nombreux et variés selon les secteurs, avec en toile de fond la question salariale, la mobilisation s’annonce contrastée.

Revue des professions en pointe.

Transports

Le trafic du réseau RATP, en Ile-de-France, sera perturbé dans les bus, les trams et sur le RER B, en raison d’une grève interprofessionnelle pour les salaires et les retraites. Si le RER A annonce un trafic « normal », le RER B ne prévoit que 3 trains sur 4 en moyenne en circulation. L’interconnexion sera cependant maintenue avec la partie SNCF de la ligne (au nord).

Les autobus ne seront que 2 sur 3 à rouler en moyenne, « avec certaines lignes très perturbées », ajoute la régie. Les bus de nuit circuleront normalement. Côté tramways, la compagnie publique prévoit 9 trams sur 10 en moyenne. La ligne T3a fait toutefois exception : elle ne sera exploitée qu’entre Pont du Garigliano et Porte d’Ivry avec 1 tram sur 2 seulement.

Enfin, si les journées de grève interprofessionnelles mobilisent en règle générale assez peu à la SNCF, Fabien Dumas, secrétaire fédéral SUD-Rail, estime qu’elle sera cette fois plus suivie : « cela s’annonce mieux que d’habitude », selon lui. Seul un train sur deux roulera en moyenne sur les liaisons Intercités, avec certaines d’entre elles carrément interrompues comme entre Lyon et Nantes ou Toulouse et Hendaye. Même chose pour les Intercités de nuit qui ne circuleront pas. Concernant le trafic régional TER, la SNCF annonce être en mesure de faire rouler six trains sur dix en moyenne avec des disparités selon les régions.

Education

La participation à la journée de grève et de manifestations s’annonce assez élevée dans le primaire, selon le Snuipp-FSU, premier syndicat du premier degré. Près de 20 % seront en grève, avec une forte disparité : 40 % à Paris avec 10 % des écoles fermées, 48 % en Seine-Saint-Denis. Dans les Bouches-du-Rhône, 300 écoles seront fermées.

« Il y a des endroits où les enseignants sont prêts à se mobiliser fortement et d’autres où ça ne bouge pas beaucoup », observe la secrétaire générale Guislaine David. « On constate un vrai ras-le-bol des enseignants sur les salaires (…) S’il y a en parallèle la question des retraites, cela risque de faire des étincelles », prédit-elle.

Alors que le secteur de l’éducation souffre d’une crise inédite du recrutement d’enseignants, le manque de professeurs commence à se faire sentir dans certains établissements, alimentant la colère des personnels et des parents.

Energie

Les salariés de TotalEnergies ont démarré mardi une grève d’au moins trois jours pour réclamer notamment une hausse de leurs salaires, à l’appel de la CGT, dans un contexte où l’entreprise a engrangé d’énormes bénéfices, profitant à plein de la hausse des cours du pétrole et du gaz.

Les représentants des salariés des industries électriques et gazières sont en négociations depuis de longs mois avec les représentants du patronat, afin d’obtenir une augmentation du salaire national de base de la branche équivalente à l’inflation. Le patronat leur a octroyé une augmentation bien au-delà, à 1,3 %.

Délégué syndical central CGT à GRDF, Sébastien Raya compte sur une forte mobilisation des salariés de l’énergie et notamment du gaz, car dans certaines entreprises, comme Storengy (branche stockage d’Engie), les salariés qui ont fait grève durant près d’un mois l’été dernier ont « gagné a minima 5 % d’augmentation », tout comme leurs collègues d’Elengy (terminaux méthaniers).