Tarn : L’égérie complotiste Alice Pazalmar arrêtée et incarcérée… pour des délits routiers

Coup d’arrêt La jeune femme de 34 ans, cheffe de file du mouvement complotiste One Nation était recherchée pour une série d’infractions routière. Elle a été interpellée dans le Tarn, au détour d’un rassemblement de sa mouvance

H.M.
— 
Recherchée pour des condamnations non purgées, Alice Martin-Pascual a été interpellée par les gendarmes du Tarn lors d'un rassemblement de son mouvement antisystème. Illustration.
Recherchée pour des condamnations non purgées, Alice Martin-Pascual a été interpellée par les gendarmes du Tarn lors d'un rassemblement de son mouvement antisystème. Illustration. — Syspeo/Sipa

Ce n’est pas pour ses théories antisystème sur l’émancipation des « êtres souverains » qu’Alice Martin-Pascual, plus connue sur les réseaux sociaux sous le nom d’Alice Pazalmar du mouvement complotiste One Nation, a été arrêtée le 18 septembre dans le Tarn. Selon les informations de La Dépêche du Midi, confirmées à 20 Minutes par le parquet de Castres, la raison de son interpellation est beaucoup plus terre à terre. Il s’agit d’une série de délits routiers – conduite sans assurance et sans permis, fausses plaques d’immatriculation, refus de se soumettre à des dépistages – pour lesquels elle a été condamnée en début d’année par des tribunaux de Toulouse et Cahors. Elle ne s’était pas présentée aux audiences et n’avait donc pas pu purger les condamnations prononcées, dont une de six mois de prison ferme et deux révocations de peines avec sursis infligées pour des délits antérieurs.

Paradis perdu dans le Lot

Les gendarmes du Tarn ont profité d’un rassemblement de One Nation dans le sud du département, à Viviers-lès-Montagnes, pour lui mettre la main dessus. Alice Pazalmar a été incarcérée dans la foulée à la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse.

Avec son compagnon Sylvain « Outlaw », la trentenaire avait créé la polémique il y a un an en lançant dans une vidéo YouTube un appel à financement pour acquérir un domaine dans un petit village du Lot, Sénaillac-Lauzès, et y accueillir une communauté « laboratoire ». Après la levée de boucliers des villageois et élus du coin, et aussi en raison de « nombreux signalements », la plateforme Hello Asso avait décidé de fermer la cagnotte.