Coupe du monde 2022 : Un site va recenser les bars qui refusent de diffuser les matchs de foot

FOOTball Un groupe de jeunes Lillois va lancer le site web « Ramenez la coupe à la raison » comme alternative aux soirées Mondial 2022

Gilles Durand
— 
Dans le bar O'Mulligans, à Marcq-en-Barœul, près de Lille, la gérante a décidé de ne pas diffuser les matchs de la Coupe du Monde 2022.
Dans le bar O'Mulligans, à Marcq-en-Barœul, près de Lille, la gérante a décidé de ne pas diffuser les matchs de la Coupe du Monde 2022. — G. Durand
  • Un groupe de jeunes Lillois a décidé de lancer un site Internet chargé de recenser les bars et les pubs qui vont boycotter la Coupe du monde de football au Qatar.
  • L’un des premiers bars français à avoir annoncé ne pas diffuser les matchs du mondial 2022 est un bar de la métropole de Lille.
  • Les appels au boycott augmentent depuis la prise de position radicale, début août, de l’ancien champion du monde allemand en 2014, Philipp Lahm.

« Ramenez la coupe à la raison ». C’est autour de ce slogan, emprunté à une pétition de l’ONG Amnesty International, qu’un groupe de jeunes Lillois a décidé de lancer, la semaine prochaine, un site Internet chargé de recenser les bars et les pubs qui vont boycotter, en novembre et décembre, la Coupe du monde de football au Qatar.

Le pays organisateur reste, en effet, sous le feu des critiques depuis plusieurs mois. Et les appels au boycott augmentent depuis la prise de position radicale, début août, de l’ancien capitaine de l’équipe d’Allemagne, Philipp Lahm, champion du monde en 2014. Le footballeur avait annoncé qu’il ne se rendrait pas au Qatar.

Mettre en avant « les événements alternatifs au mondial »

« La formule, sous forme de jeu de mots, nous a plu et nous comptons l’utiliser pour mobiliser les établissements qui souhaitent s’engager », explique Antonin Lefebvre, porteur du projet « Ramenez la coupe à la raison ». L’objectif n’est pas d’appeler ouvertement au boycott, mais de mettre en avant « les événements alternatifs au mondial, organisés par ceux et celles qui ont choisi que nos valeurs doivent être respectées », affirme-t-il.

Sur le terrain, le mouvement a déjà commencé. Dans le Nord, par exemple, un café-restaurant de Marcq-en-Barœul, près de Lille, a déjà franchi le pas. Aucun match du mondial ne sera diffusé. Une révolution dans ce bistrot réputé justement pour ces soirées autour du sport, que ce soit le foot ou le rugby.

« C’est une aberration de se réjouir d’un événement sportif qui a fait des milliers de morts sur les chantiers de construction des stades, et qui bafoue les droits de l’Homme, assume la gérante, Justine Chambrillon, sur BFM-TV. Et de plus, l’impact écologique est désastreux, à l’heure où on nous demande, à nous, de faire des économies d’énergie. »



En Belgique et en Allemagne aussi

A Redon, en Ille-et-Vilaine, c’est une gérante néerlandaise qui affiche ses convictions. Sur un tableau noir installé au comptoir du Nautic, est écrit en bleu, blanc, rouge, à la craie « Bientôt ici le boycott de la Coupe du monde de foot au Qatar ».  « J’adore regarder le foot, et cet événement était en plus très bien pour faire venir des clients, mais pas dans cette situation », explique Dorine Brouwer à Ouest-France.

En Belgique, La Maison du Peuple, un des plus grands cafés de Bruxelles, s’est également positionnée pour boycotter la diffusion des matchs.  « On s’assied sur une grosse recette mais on n’aurait pas pu se regarder dans le miroir », déclare Thomas Kok, un des gérants dans La Libre Belgique. Même ligne de conduite pour quelques pubs à Bonn, en Allemagne.

Selon Antonin Lefebvre, une dizaine de bars lillois sont prêts à emboîter le pas. Ainsi que deux bars marseillais et deux autres à Bordeaux. « Regarder le foot et boire des coups, on adore ça, mais là, on se pose des questions, relate-t-il. On n’a pas forcément envie d’en être, mais on n’a pas envie non plus de se sentir seul, parce que résister à l’appel des amis les soirs de match, ça va être compliqué. »