Grâce à ce concept, les salariés peuvent plus facilement télétravailler à la campagne

ALTERNATIVE A travers un système de crédit, les employeurs peuvent directement financer ce séjour au vert

20 Minutes avec agence
— 
Des séjours de coworking peuvent être financés par les employeurs.
Des séjours de coworking peuvent être financés par les employeurs. — Photo Mix / Pixabay

Depuis la crise du Covid, le télétravail s’est développé dans de nombreuses entreprises, sans pour autant que les salariés puissent toujours profiter d’un cadre idéal à domicile. Pour faciliter le télétravail au vert, l’entreprise Outwork propose des séjours de coworking à la campagne pouvant être directement financés par les employeurs à travers un système de crédits, rapporte Le Parisien.

« L’idée pour une entreprise est d’acheter 2.000 crédits par exemple et de les distribuer aux collaborateurs », a expliqué Pierre Tardy, le fondateur d’Outwork. Pour un crédit, un collaborateur a accès à une nuitée tout compris dans une chambre partagée à deux ou à trois. Pour une chambre individuelle, il faut compter un demi-crédit supplémentaire. Les lieux, pour l’instant au nombre de cinq, sont précautionneusement choisis par Outwork selon des critères de proximité (pas plus de 1 h 30 en train de Paris) et de confort (wifi haut débit, présence d’un espace partagé…).

Des avantages partagés

Pour les salariés ayant expérimenté les crédits Outwork, cette solution présente ainsi plusieurs avantages. C’est « comme à la maison mais sans charge mentale : pas de repas à préparer, pas de ménage », a assuré Robin de la start-up Teale. Pour Alice, organisatrice des événements internes chez Assessfirst, ces crédits permettent aussi de ne pas avoir à organiser la réservation.



« Pour l’instant, les entreprises achètent surtout des crédits pour inciter toute une équipe à partir travailler différemment dans un autre cadre et recréer du lien », a noté Pierre Tardy. A mi-chemin entre la maison d’hôtes, le coworking et le séminaire, il espère ainsi faire d’Outwork un « Club Med » du télétravail. Il souhaite d’ailleurs cogérer les lieux avec leurs propres équipes.