Toulouse : La Ville rose reste le spot préféré des étudiants

BONHEUR Toulouse squatte depuis cinq ans la tête du palmarès de L’Etudiant.fr. Rennes, puis Montpellier et Strasbourg, ex æquo, complètent le podium

H.M.
— 
Les berges de la Garonne à Toulouse, prisées des jeunes pour les pauses. Illustration.
Les berges de la Garonne à Toulouse, prisées des jeunes pour les pauses. Illustration. — Fred Scheiber

L’enquête ne dit pas si l’étonnante densité des terrains de pétanque dans la Ville rose, dévoilée par l’Insee, a pesé dans la balance. Toujours est-il que Toulouse décroche, pour la cinquième année consécutive (et pour la septième fois en dix ans) la première place au classement global des villes étudiantes établi par la rédaction de L’Etudiant. La championne toutes catégories, dont 10 % de la population est étudiante, doit semble-t-il sa performance à la densité importante de formations qu’elle propose, y compris pour les grandes écoles, à son tissu économique riche en débouchés mais aussi à sa légendaire « ambiance festive » , notamment du jeudi soir. Les étudiants y sont aussi sensibles au prix raisonnable des transports en commun.

Rennes, qui compte carrément 20 % d’étudiants, la plus grande densité de France, se classe deuxième. Montpellier et Strasbourg (1re ville pour la part d’étudiants étrangers) n’ont pas pu être départagées par les 16 indicateurs et montent sur la troisième marche du podium.

La pinte la moins chère à Saint-Etienne

Hors grandes métropoles, le tiercé gagnant des grandes villes est constitué de Poitiers, Caen et Dijon. Pau décroche la palme pour les villes moyennes, suivie de Chambéry et La Rochelle.

Lyon est jugée par les étudiants comme la ville la plus dynamique, La Rochelle comme la plus agréable à vivre. Saint-Etienne, où la pinte de bière est en moyenne la moins chère (4,78 euros), est la plus adaptée au budget serré des étudiants.