Lorient : Une société au tribunal après la mort d’un jardinier non déclaré au Moustoir

ACCIDENT La victime était venue aider son frère, salarié de la société Sportingsols, à déplacer les rampes de luminothérapie quand un des appareils est tombé

C.A.
— 
Une rampe de luminothérapie était tombée sur un jardinier le 20 décembre 2020 sur la pelouse du Moustoir, après un match entre le FC Lorient et le Stade Rennais.
Une rampe de luminothérapie était tombée sur un jardinier le 20 décembre 2020 sur la pelouse du Moustoir, après un match entre le FC Lorient et le Stade Rennais. — Loïc Venance/20 Minutes

Edit du 20 septembre 2022 : Six mois de prison avec sursis ont été requis contre les deux dirigeants de la société Sportingsols. Le procureur a également requis 100.000 euros d’amende contre l’entreprise ainsi que onze fois 5.000 euros pour des infractions au Code du travail. Une amende de 16.500 euros a également été requise contre les dirigeants. Mise en délibéré, la décision sera rendue le 21 novembre.

Tous ceux qui regardaient le match se souviennent de la mine grave des commentateurs après la rencontre. Alors que le Stade Rennais venait de s’imposer face au FC Lorient dans un stade vidé de ses spectateurs par l’épidémie de Covid-19, un drame s’était déroulé sur la pelouse du Moustoir. Les joueurs remplaçants effectuaient un décrassage sur le terrain ce soir de décembre 2020 quand une rampe de luminothérapie s’était couchée sur le gazon, tombant sur l’un des hommes qui était en train de la manipuler. Yohann Essirard, qui était venu aider son frère à manipuler les rampes chauffantes, était tué sur le coup. Ce lundi, la justice cherchera à éclaircir les nombreuses zones d’ombre qui entourent cet accident.

Sur le banc des accusés, les dirigeants de Sportingsols. Cette société basée en Vendée était chargée de l’entretien de la pelouse du Moustoir. Trois de ses salariés étaient présents sur le terrain après la rencontre pour installer les rampes de luminothérapie. Parmi eux, le frère de la victime, qui avait obtenu une accréditation à Yohann pour qu’il assiste au match. En contrepartie, ce dernier était venu l’aider à installer le matériel à la fin de la rencontre. Une activité non déclarée et réalisée sans aucune formation par le père de famille âgé de 36 ans.

Poursuivie pour homicide involontaire, la société Sportingsols souhaite plaider la relaxe, précise Ouest-France. L’entreprise espère faire entendre qu’elle n’était pas au courant du système d’accréditation mis en place par un des salariés avec le FC Lorient. Le club de football n’est lui pas poursuivi.