Chantage à la sextape à Saint-Etienne : Le maire en garde à vue à Lyon

ENQUETE Gaël Perdriau et quatre autres personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire du chantage à la sextape sont actuellement auditionnés dans les locaux de la PJ à Lyon sous le régime de la garde à vue

C.G. avec AFP
— 
Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau est actuellement en garde à vue dans les locaux de la PJ de Lyon.
Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau est actuellement en garde à vue dans les locaux de la PJ de Lyon. — JACQUES DEMARTHON
  • Depuis ce mardi matin 9 heures, Gaël Perdriau, le maire LR de Saint-Etienne est en garde à vue. Quatre autres personnes sont également auditionnées dans les locaux de la PJ de Lyon.
  • Ils sont soupçonnés d’être impliquées dans l’affaire du chantage à la sextape, dont l’ancien premier adjoint Gilles Artigues a été victime.
  • L’entourage de Gaël Perdriau assure que le maire, qui nie toute implication, a voulu être entendu « pour que la vérité éclate ».

Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau est en garde à vue depuis ce mardi matin dans les locaux de la police judiciaire à Lyon. Quatre autres personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire du chantage à la sextape ont également été entendues, indique le parquet de Lyon, confirmant une information du Progrès. Il s’agit de Pierre Gauttieri, directeur de cabinet, de Claire Vaucanson, directrice de cabinet adjointe, Sami Kefi-Jérôme, adjoint au maire et de Gilles Rossary Lenglet.

« Ces auditions ont été réalisées dans le cadre de gardes à vue ordonnées par les magistrats instructeurs. Elles avaient pour objet de recueillir les premières déclarations des principaux protagonistes », poursuit le parquet. Certaines gardes à vue ont été « levées sur décisions des juges d’instruction », ajoute-t-il sans préciser le nom des personnes concernées.

« Les investigations consistant notamment dans l’exploitation des différents supports et documents saisis lors des perquisitions, se poursuivent sous l’autorité des juges d’instruction qui apprécieront en temps utile la suite qu’il convient de donner à cette enquête », indique encore le parquet.

« J’ai une vidéo vous montrant le cul à l’air avec un mec »

« Le maire est entendu à sa demande pour que la vérité éclate », a commenté ce mardi, Jean-Pierre Bergé premier adjoint de Gaël Perdriau.

Fin août, Mediapart a révélé que Gilles Artigues, ancien premier adjoint, avait été piégé lors d’une soirée passée avec un escort-boy, en 2014. La rencontre filmée aurait été arrangée par un autre adjoint et son amant afin de faire pression sur le père de famille et empêcher toute velléité de dissidence. L’intéressé, persuadé que le maire de Saint-Etienne était au courant, a déposé plainte au début du mois de septembre.

Si Gaël Perdriau a toujours nié toute implication, Mediapart a publié lundi soir de nouveaux enregistrements téléphoniques. Il s’agit de conversations, enregistrées par Gilles Artigues lui-même, avec le maire de Saint-Etienne et son directeur de cabinet Pierre Gautierri.

« J’ai une vidéo vous montrant le cul à l’air avec un mec. Ça ne vous dérange pas ? Le très catholique député Gilles Artigues très bon père de famille dans un truc comme ça ? », lance alors Pierre Gautierri. Quand Gilles Artigues le prévient qu’il pourrait saisir la justice, il lui répond : « si vous faites ça, l’ensemble des parents et des élèves qui sont dans la même classe que vos enfants recevront une copie du film (…) et je pense que vos enfants ne s’en remettront pas ». « Il y a d’autres moyens de faire, on n’est pas obligé de diffuser publiquement », ajoute la voix de Gaël Perdriau sur cette bande audio, en évoquant une diffusion « en petits cercles, avec parcimonie ».