Corse : Au moins cinq morts et des coupures d'électricité... Le point sur les orages meurtriers

TEMPETE Cinq morts et 20 blessés, selon un bilan établi en fin de journée, les violents orages qui se sont abattus sur la Corse ce jeudi sont lourds de conséquences

A.V. avec AFP
— 
Les secours entrent dans le camping de Sagone où une jeune fille est décédée et neuf autres personnes blessées après les violents orages.
Les secours entrent dans le camping de Sagone où une jeune fille est décédée et neuf autres personnes blessées après les violents orages. — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
  • Des orages, bien plus violents qu’attendus, se sont abattus tôt ce jeudi sur la Corse. Si l’après-midi est relativement calme, un nouvel épisode orageux est attendu pour la nuit de jeudi à vendredi.
  • Le bilan établi en fin de journée et encore provisoire est meurtrier : au moins cinq personnes sont décédées et 20 sont blessées, dont deux grièvement.
  • 20 minutes fait le point sur ces orages aux conséquences désastreuses et alors que le ministre Géarld Darmanin est attendu sur place ce jeudi après-midi.

Un violent épisode orageux s’est abattu sur la Corse ce jeudi, causant la mort d'au moins cinq personnes, en blessant 14 autres, dont deux grièvement. Le bilan humain est dramatique, et celui matériel s’annonce tout aussi lourd. 20 Minutes fait le point sur la situation, alors que Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer a annoncé s'est rendu sur place, ce jeudi après-midi.

Quel est le bilan humain de ces violents orages ?

Pour mesurer l’ampleur du sinistre, le précédent épisode orageux violent en France, survenue en juin, avait provoqué la mort d’une personne, à Rouen... Preuve de la violence de l’épisode orageux et de son étendue, la Corse compte des morts aussi bien au sud qu’au nord de l’île, selon un bilan encore provisoire. A Sagone ville côtière située sur la côte ouest du sud de la Corse, une adolescente de 13 ans est morte après qu’un arbre s’est abattu sur le bungalow où elle logeait. Avec elle dans le logement, une autre personne a été grièvement blessée. Huit autres personnes ont également été blessées dans ce camping, ont précisé les pompiers.

A une poignée de kilomètres de là, à Coggia, une femme de 72 ans est décédée sur la plage du Liamone, après la chute du toit d’une paillote sur son véhicule, a précisé la préfecture. Un peu plus au nord, toujours dans le sud de la côte ouest, c’est un pêcheur de 62 ans qui a trouvé la mort à Girolata, a annoncé la préfecture maritime. Son corps a été retrouvé dans les eaux du golfe, alors qu'il était porté disparu.

Dans le nord de la Corse, à Calvi, c’est un Français de 46 ans qui est mort. Dans un autre camping de cette ville-citadelle et station balnéaire, une italienne de 23 ans a elle été transportée d’urgence à l’hôpital alors qu’elle se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Enfin a Erbalunga, sur la côte est de la pointe nord, le corps d’une kayakiste a été retrouvée sans vie.

Quels sont les dégâts matériels ?

A la suite des orages, 45.000 foyers étaient privés d’électricités, selon une annonce d’EDF, rapportée par France Info. En milieu d'après-midi, 35.000 d'entre eux étaient toujours sans courant. Un chiffre conséquent, à mesurer à l’aune des 340.000 personnes qui habitent l’île à l’année (contre plus du double en été). D’après les nombreuses vidéos et photos qui circulent sur les réseaux, les dégâts matériels liés notamment aux chutes d’arbres et de branches semblent nombreux et devront être probablement chiffrés par les assurances.

Côté mer, alors que nombreux plaisanciers choississent la Corse comme destination estivale, la préfecture maritime a fait état dans la matinée d’une soixantaine d'« opérations en cours en mer ou sur le littoral » corse, dans un « secteur Ouest-Corse, Calvi, Balagne et un peu au Cap Corse ». 

De nombreux bateaux ont vu leur mouillage rompre face à la violence des vents, s’échouant sur la côte. D’autres ont été « retournés ou en perdition » c’est-à-dire dérivant sans personne à l’intérieur, a précisé un porte-parole de la préfecture maritime qui déplorait « plusieurs blessés sur les bateaux » sans qu’il y ait « de pronostic vital engagé ».

Une vigilance jaune ou orange ?

Mercredi, Météo-France avait classé la Corse en vigilance jaune orage pour la nuit de merrcedi à jeudi et la matinée de jeudi avec des vents pouvant attendre 80 à 100 km/h. La réalité a été tout autre : des rafales mesurées à plus 200 km/h, avec une pointe à 224 km/h enregistrée par la station de Marignana, non loin de Sagone, où la jeune fille de 13 ans est décédée. De fait, Météo France a relevé la Corse ce matin peu après 8 heures en vigilance orange.

Si l’après-midi voit les fronts orageux s’éloigner, quoique « quelques ondées plus localement orageuses et moins marquées restent possibles en journée. Une reprise de l’activité orageuse est attendue la nuit prochaine (de jeudi à vendredi) », prévient Météo France qui a de nouveau placé la Corse en alerte orange jusqu'à vendredi matin 10 heures, après avoir été un temps en « jaune ». « Les rafales de vent attendues sous les orages de la nuit de jeudi à vendredi seront nettement moins violentes que celles observées ce jeudi matin », mesurées elles jusqu'à 224 km/h, précise l'institut météorologique, qui anticipe toutefois « un événement pluvio-orageux intense bien plus durable » dans son dernier bulletin.

Qu'a décidé l'exécutif ?

La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé ce jeudi après-midi avoir activé la cellule interministérielle de crise. Elle sera présidé en soirée par Emmanuel Macron, depuis le fort de Brégançon, lieu de villégiature présidentiel situé dans le Var.


« Au regard de la situation en Corse, j'ai activé la cellule interministérielle de crise. Nous suivons de près les opérations qui ont lieu sur terre et en mer », a tweeté la cheffe du gouvernement qui avait auparavant apporté tout son soutien aux familles des victimes et aux équipes mobilisées sur place.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu en Corse dans l'après-midi à la demande du président Emmanuel Macron qui a témoigné de « tout son soutien » au président de l'exécutif de l'île Gilles Simeoni. Le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer s'est exprimé aux alentours de 19h30, établissant un bilan de six morts et 20 blessés.