Des comptes anonymes sur les réseaux sociaux inciteraient les élèves à porter le voile et à prier à l'école

RELIGION Les messages invitent à « contourner l'interdiction faite aux élèves de porter le voile à l'école »

20 Minutes avec agence
Les élèves filles seraient poussées à enfiler des qamis et à y ajouter une ceinture afin que leur tenue ne soit pas considérée comme un vêtement religieux. (Illustration
Les élèves filles seraient poussées à enfiler des qamis et à y ajouter une ceinture afin que leur tenue ne soit pas considérée comme un vêtement religieux. (Illustration — V. WARTNER / 20 MINUTES

Des messages incitant les élèves à porter le voile, des vêtements religieux comme le qamis ou à prier au sein des établissements scolaires, se sont multipliés ces derniers temps sur les réseaux sociaux. Deux notes émanant des services de l’Etat évoquent la recrudescence de ces appels pointant une « stratégie d’entrisme salafo-frériste », révèle BFMTV.

La première note datée du 27 août dernier a été rédigée par les renseignements territoriaux. Les stratégies mises en place par la mouvance islamiste y sont détaillées. Il est demandé de « contourner l’interdiction faite aux élèves de porter le voile à l’école » et ainsi déstabiliser les principes de laïcité. Pour cela, les élèves sont incités à porter des vêtements religieux. Il s’agit des qamis, vêtement ample porté par les hommes. Les femmes sont invitées à porter des abayas, les longues robes descendant jusqu’aux chevilles. Ces messages sont diffusés par des comptes anonymes sur les réseaux sociaux.

« Une réponse unifiée » pour garantir une école laïque

Une influenceuse islamiste, qui compte près de 50.000 personnes, aurait ajouté qu’il était possible pour les femmes de porter une ceinture sur leur abaya pour que l’Education nationale ne puisse pas le considérer comme vêtement religieux. Les services de renseignements craignent que ces messages touchent également les activités sportives dans le cadre scolaire avec le port du burkini pour les cours de natation sous couvert de pudeur. D’autres messages appellent les élèves de confession musulmane à prier au sein des établissements scolaires.

La deuxième note est datée du 16 septembre a été transmise aux recteurs d’académie. Il est indiqué que durant l’année scolaire 2021/2022, les atteintes à la laïcité ont évolué. En question, le port des abayas et qamis même si « les familles dénient fréquemment toute dimension religieuse ». Face à ce problème, les services de l’Etat proposent de mettre en place « une réponse unifiée ». Les chefs d’établissement doivent interdire le port de signes ou de tenues ostensiblement religieuses mais aussi les tenues et accessoires qui, au premier abord n’ont aucun caractère religieux, mais le deviennent par la volonté de l’élève.