Toulouse : Des migrants s’installent dans un ancien collège, des heurts éclatent avec des habitants

IMMIGRATION La police a dû intervenir en faisant usage d’une grenade lacrymogène pour ramener le calme

M.B.
Lors d'un contrôle de police à Toulouse (Illustration).
Lors d'un contrôle de police à Toulouse (Illustration). — FRED SCHEIBER/SIPA

La situation a été tendue, samedi, entre migrants et quelques habitants du quartier Bellefontaine à Toulouse. « Plusieurs dizaines de migrants, installés depuis le 26 août sur les allées Jules Guesde, ont occupé les bâtiments de l’ancien collège Bellefontaine, ce samedi 3 septembre » indique le conseil départemental dans un communiqué.

Ils ont fait irruption « en début d’après-midi » dans « ce collège désaffecté » précise la préfecture. Ce collège, qui a fermé ses portes aux élèves en juillet dernier, accueille toujours des activités de loisirs pour la jeunesse du quartier. « Des heurts ont rapidement éclaté avec des habitants et la police a dû intervenir en faisant usage d’une grenade lacrymogène pour ramener le calme et prévenir des violences plus importantes » poursuit la préfecture. « Plusieurs équipages du centre-ville ont été mobilisés sur cette opération de rétablissement de l’ordre. »

« Nécessité de trouver une solution à l’accompagnement de ces migrants »

Une grande partie des migrants étrangers est revenue sur les allées Jules Guesde, rejoindre ceux qui y étaient restés. « Cette occupation illégale fait suite à l’évacuation de l’Ehpad des Tourelles, vendredi dernier, par les services de l’Etat et à la demande de la mairie de Toulouse » précise le conseil départemental.

Le président du département, Georges Méric (PS), « rappelle la nécessité de trouver une solution pérenne à l’accompagnement de ces migrants et appelle à la pleine et entière mobilisation des acteurs de ce dossier que sont l’Etat et la mairie de Toulouse. »