Strasbourg : Des habitants d’un quartier remontés, leur facture d’énergie a bondi de 152 %

ENERGIE Mauvaise surprise pour de nombreux foyers du quartier de l’Elsau à Strasbourg. Elles ont reçu un rappel sur leur facture de chauffage. Avec des montants parfois colossaux

Thibaut Gagnepain
Dans une rue du quartier de l'Elsau. A proximité des tours, le quartier résidentiel est alimenté par un réseau de chaleur urbain.
Dans une rue du quartier de l'Elsau. A proximité des tours, le quartier résidentiel est alimenté par un réseau de chaleur urbain. — Capture d'écran Google Street View
  • Un rappel de facture d’énergie pouvant aller jusqu’à un montant de 9.000 euros ? C’est ce qu’ont reçu des habitants du quartier de l’Elsau à Strasbourg.
  • Alimentés par un réseau de chaleur urbain, ils ont vu leur prestataire augmenter le prix du mégawattheure (MWh) de 32 à 82 euros en un an !
  • Justification du fournisseur « Strasbourg Energie » ? Aucune auprès de 20 Minutes, à qui il n’a pas répondu. « On nous a dit que c’était lié à l’augmentation du prix du gaz russe », explique le président de l’association de quartier.

Et bonne fin d’été ! De nombreux habitants de l’Elsau, un quartier de Strasbourg, ont eu droit à une vilaine surprise mi-août : un rappel de facture pour leur chauffage relié au réseau de chaleur urbain. Avec des montants pouvant atteindre… 9.000 euros !

« Certains en ont aussi eu pour 6.000, 4.000 et souvent pour plus de 1.000 euros alors que beaucoup avaient déjà payé leur mensualité », témoigne Daniel Vidot. Le président de l’association des résidents de l’Elsau (Arel) estime à « une bonne trentaine, voire une quarantaine » le nombre de foyers qui lui ont fait part de leurs doléances. « Et tous ceux qui habitent dans les immeubles n’ont pas encore reçu la note. Ce sont juste les maisons individuelles pour l’instant. Ils devraient savoir à quelle sauce ils seront mangés en novembre. »

D’ici-là, le bénévole espère que la situation de nombreux résidents se sera améliorée. Comment ? « Pour les plus grosses sommes, on est en négociations. Elles semblent porter leurs fruits mais je préfère être prudent. » Car si des erreurs de relevé sont possibles, l’augmentation des tarifs est, elle, écrite noir sur blanc. Le prix du mégawattheure (MWh) est ainsi passé de 32,81 à 82,75 euros l’an dernier !

Le prix du mégawattheure (MWh) est passé de 32 à 82 euros dans ce quartier de Strasbourg.
Le prix du mégawattheure (MWh) est passé de 32 à 82 euros dans ce quartier de Strasbourg. - Montage photos T.G.

Justification du fournisseur « Strasbourg Energie » ? Aucune auprès de 20 Minutes, à qui il n’a pas répondu. « On nous a dit que c’était lié à l’augmentation du prix du gaz russe », grince Daniel Vidot en trouvant l’argument « aberrant ». D’autant que le mix énergétique est mis en avant et contractualisé pour tous les clients de ce réseau. Une part majoritaire provient de la biomasse et de l’usine d’incinération de la ville. Pour une part minoritaire donc, environ 45 %, alimentée par le gaz.

« On va mettre un insert dans la cheminée »

Alors, quelles solutions pour toutes ces familles ? « On nous a proposé un échelonnement de paiement », sourit jaune une mère de famille, dont le rappel s’élève à plus de 1.000 euros. Surtout, elle attend avec son mari le versement du bouclier tarifaire, « peut-être en octobre ». « Mais on ne sait rien pour l’année à venir, quel sera le prix du mégawattheure, etc. C’est le flou total ! », souligne-t-elle. Même le fournisseur changera. Le 30 septembre, un nouveau délégataire de ce réseau de chaleur qui alimente 14.000 logements, prendra le relais : exit « Strasbourg Energie », place à « R-CUA ».

Cela n’empêche pas, dès maintenant, plusieurs foyers de se poser des questions sur leurs moyens de chauffage. « On va mettre un insert dans la cheminée, on verra, annonce un habitant en expliquant que sa voisine a fait installer une pompe à chaleur. Elle a bien fait. » Daniel Vidot est dans le même état d’esprit. « Quand on a acheté le terrain dans les années 1980, il était obligatoire de prendre le réseau de chaleur, il y avait une clause. Les tarifs ont toujours été très corrects et je ne comprenais pas ceux qui partaient. Ils ont peut-être eu raison… »