20 Minutes : Actualités et infos en direct
DING DONGEn Bretagne, un vacancier veut faire taire les cloches pour mieux dormir

Bretagne : A Arzon, un vacancier demande l’extinction des cloches pour faire la grasse matinée

DING DONGUne famille occupant une résidence secondaire d’Arzon a écrit au maire pour demander que les cloches ne sonnent plus le matin
A Arzon (Morbihan), un vacancier a demandé au maire de ne plus faire sonner les cloches de l'église afin de faire la grasse matinée.
A Arzon (Morbihan), un vacancier a demandé au maire de ne plus faire sonner les cloches de l'église afin de faire la grasse matinée.  - Google Maps / Street View / Google Maps
Camille Allain

Camille Allain

L'essentiel

  • A Arzon, le maire a reçu un courrier d’un vacancier se plaignant du son des cloches de l’église du village et demandant qu'elles soient éteintes le matin.
  • Le maire a souhaité médiatiser la demande d’arrêt des cloches pour dénoncer le comportement de ces vacanciers.
  • Très touristique, la commune du Morbihan est parsemée de résidences secondaires occupées pendant les vacances.

Elles s’appellent Espérance, Foi et Charité. Cet été comme depuis des centaines d’années, les trois cloches de l’église d’Arzon (Morbihan) ont sonné toutes les heures et même plus. Matinale, Notre-Dame de l’Assomption fait résonner son métal sept fois dès 7 heures chaque matin avec une ponctualité jalousée par la SNCF. Et recommence chaque heure du jour. Une tradition ancestrale qui n’est visiblement pas du goût d’un vacancier. Il y a quelques jours, le propriétaire d’une résidence secondaire de la commune fermant le golfe du Morbihan​ a écrit au maire pour s’en plaindre. Et même demander l’extinction des cloches « dès ce jour ».

Lorsqu’il a reçu la lettre, Roland Tabart reconnaît « avoir éclaté de rire » en compagnie de la directrice de ses services. Signée d’un vacancier de la rue du Croisty qui descend vers le port du Crouesty (attention à la confusion), la missive est claire. « Le fonctionnement des cloches rend la vie très désagréable » de cette famille en vacances dans la petite commune. Le père a donc écrit au maire pour lui demander de les couper, au motif que sa femme et ses enfants sont « inutilement réveillés le matin ». Sa requête ? Qu’on leur coupe le sifflet « jusqu’à 9 heures ou même 10 heures » ou même « les éteindre complètement » afin que lui et sa famille « puissent profiter tranquillement de cette période de vacances ». Le maire d’Arzon n’en revient toujours pas.

Plutôt que de répondre à l’expéditeur, Roland Tabart a partagé le courrier avec nos confrères de Ouest-France, qui se sont fait un plaisir de le partager. « Je ne voulais pas afficher qui que ce soit. Juste montrer l’absurdité d’une telle demande », explique le maire sans étiquette. Ce dernier a contacté le recteur d’Arzon, qui lui a rédigé une longue note rappelant le rôle des cloches dans la religion catholique.

« « Je ne suis pas en colère, je veux juste rappeler qu’on ne peut pas mettre tout un pan de notre histoire sous nos pieds pour que des enfants puissent dormir. Un personnage seul ne doit pas faire loi ». »

Né dans la commune en 1946, le maire a longtemps exercé à Paris dans l’industrie pharmaceutique avant de revenir dans son village natal. Il n’avait jamais vu une telle demande depuis son élection à Arzon en 2014. Depuis la publication de l’article chez nos confrères, le maire assure avoir déjà reçu de nombreux courriers soutenant sa décision.

« On doit apprendre à vivre ensemble »

Peuplée d’environ 2.300 habitants en hiver, sa charmante commune accueille chaque été 35.000 à 40.000 visiteurs. Depuis quelques années, elle est devenue un bien très prisé où certaines belles maisons se sont vendues à plus de deux millions d’euros. « On a un bijou. Mais on doit apprendre à y vivre ensemble ». Et tant qu’il sera maire, la vie sera rythmée par le son des cloches de son église.

Sujets liés