Rentrée scolaire 2022 : Moins de 4.000 chauffeurs de bus « sont encore manquants », affirme Clément Beaune

TRANSPORT Il y a un peu moins de 4.000 chauffeurs de bus qui sont encore manquants, ce jeudi

M.F. avec AFP
— 
L'appel à de jeunes retraités est envisagé pour combler le manque de chauffeurs
L'appel à de jeunes retraités est envisagé pour combler le manque de chauffeurs — Clément Follain / 20 Minutes

Il y a « encore des risques » que le ramassage scolaire ne puisse pas être entièrement assuré à la rentrée faute de chauffeurs de bus, même si le problème devrait être « d’ampleur limité », a estimé, ce jeudi, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune.

« Il y a encore une mobilisation pour qu’il y ait le moins de manques possible », a-t-il ajouté, précisant qu’une nouvelle réunion avait été programmée lundi. Il y a « un peu moins de 4.000 chauffeurs de bus, à l’heure où on parle, qui sont encore manquants », a noté Clément Beaune. « J’espère qu’on sera à quelques centaines sur toute la France, sur plus de 30.000 chauffeurs », à la rentrée. « Donc, on aura un problème d’ampleur limité », a-t-il rassuré.

Le retour en fonction de jeunes retraités ?

Excluant des réquisitions, le ministre a évoqué « des solutions très pratiques », comme l’appel à de jeunes retraités, notant qu’en tout état de cause, « une solution » devrait être « proposée à toutes les familles ». Son cabinet avait assuré, mercredi soir, que la « quasi-totalité » des dessertes de bus scolaires seraient assurées à la rentrée.

« Ce qui est important, c’est d’agir jusqu’au 1er septembre (le jour de la rentrée) et de continuer à agir au-delà du 1er septembre, parce que le transport scolaire, c’est toute l’année. (…) Il faudra continuer à agir et à simplifier l’accès au métier », a observé Clément Beaune, jeudi. Chaque année, environ 1,2 million d’élèves rejoignent leur école, collège ou lycée grâce à un bus scolaire, selon des chiffres communiqués par Régions de France.