Corse : De nouveaux « orages peu actifs » s’abattent sur l'île, qui reste en vigilance orange

METEO La Corse connaît une « accalmie relative », avec des orages qui sont actuellement « peu actifs », a annoncé Météo-France dans un bulletin. Toutefois, « des orages actifs se forment toujours en mer ».

20 Minutes avec AFP
— 
Cette photo prise le 11 août 2022 montre un éclair lors d'une tempête sur la vallée du Taravo, en Corse.
Cette photo prise le 11 août 2022 montre un éclair lors d'une tempête sur la vallée du Taravo, en Corse. — Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Les nouveaux orages qui se sont abattus dans la nuit de jeudi à vendredi sur la Corse sont « peu actifs », a indiqué Météo-France, au lendemain d’un épisode orageux particulièrement violent qui a fait cinq morts sur l’île.

La Corse connaît une « accalmie relative », avec des orages qui sont actuellement « peu actifs », a annoncé Météo-France dans un bulletin diffusé vendredi matin, en précisant toutefois que « des orages actifs se forment toujours en mer ».

Ces nouveaux orages, qui devraient se décaler sur la Corse en début de journée, « peuvent donner une activité électrique importante, de fortes intensités pluvieuses, de 40 à 60 mm en peu de temps, de la grêle et de fortes rafales de vent voisines de 80 km/h », selon l’organisme météorologique. « Les zones côtières sont les plus exposées », ajoute-t-elle, « surtout la façade occidentale et la Balagne, mais sans exclure le littoral oriental ».

L’île méditerranéenne, où la saison touristique bat son plein, était repassée en vigilance orange jeudi à 21h00, pour un épisode pluvio-orageux « plus durable » que la veille. Le ministère de l’Intérieur a appelé sur Twitter les habitants de l’île à être « vigilants » : « Surveillez la montée des eaux et restez informés ».

Des orages qui ont fait cinq morts

Jeudi matin, des orages très brutaux ont fait cinq morts à travers l’île de Beauté, dont deux en mer, un pêcheur de 62 ans et une kayakiste d’une soixantaine d’années. Ce bilan a été confirmé jeudi soir à l’AFP par le ministère de l’Intérieur, la préfecture maritime et les deux préfectures corses, après qu’un sixième mort a été annoncé par erreur par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin depuis la Corse, sur la foi d’une information trompeuse des pompiers.

Jeudi soir, plusieurs campings de Corse-du-Sud ont été évacués en prévision des nouveaux orages, au cours desquels sont attendues « de fortes intensités pluvieuses », selon Météo-France. Mais les rafales de vent « seront nettement moins violentes que celles observées jeudi matin », mesurées à plus de 200 km/h.

En Haute-Corse, 5.400 personnes « hébergées dans les campings les plus exposés (Calvi, Calenzana, Aregno, Algajola, Corbara et Monticello) ont été mises en sécurité », a détaillé la préfecture dans un communiqué.

« Les opérations de relogement sont en cours » pour les personnes évacuées, avait indiqué plus tôt Gilles Simeoni, le président du Conseil exécutif de Corse, au côté de M. Darmanin dans le camping de Sagone (Corse-du-Sud) où une adolescente de 13 ans a perdu la vie après la chute d’un arbre sur son bungalow.

Les autres victimes sont un homme de 46 ans, également victime de la chute d’un arbre dans un camping de Calvi (Haute-Corse), et une septuagénaire, tuée à quelques kilomètres du camping de Sagone par la chute du toit d’une paillote sur son véhicule.

Etat de catastrophe décrété dès mercredi

Lors de son passage à Sagone, M. Darmanin a annoncé que l’état de catastrophe naturelle pourrait être décrété dès mercredi. A Ajaccio le ministre a ensuite participé en visioconférence à la première  réunion de la cellule interministérielle de crise, présidée par Emmanuel Macron depuis le fort de Brégançon (Var).

« Cette nuit, restez prudents », a twitté jeudi soir le chef de l’Etat, en exprimant une nouvelle fois son « soutien et celui de la Nation aux Corses qui ont été durement touchés ».

Météo-France surpris par une situation « exceptionnelle »

Concédant avoir été « surpris » par une situation « exceptionnelle » et « difficilement prévisible » par ses modèles numériques, Météo-France s’est défendu de ne pas avoir activé en avance sa vigilance orange de jeudi matin.

Les vents qui ont frappé l’île ont été « extrêmement violents » et ils étaient « non prévus, en tout cas non prévus dans cette intensité », a estimé de son côté Gérald Darmanin, qualifiant ce phénomène de « sans doute exceptionnel ».