Nantes : Une députée réclame une enquête après la vague de suicides à la prison

JUSTICE Quatre détenus se sont donné la mort depuis le mois de mai à la maison d’arrêt

J.G.
Une prison. (Illustration)
Une prison. (Illustration) — C. Allain / 20 Minutes

La maison d’arrêt de Nantes est en pleine tourmente. Depuis le mois de mai, l’établissement pénitentiaire fait face à une inquiétante vague de suicides avec quatre détenus qui se sont donné la mort. La semaine dernière, deux suicides ont ainsi été enregistrés en trois jours au sein de la maison d’arrêt qui héberge 788 détenus pour 573 places.

Suite à ces drames, la députée de Loire-Atlantique Ségolène Amiot (Nupes) vient d’adresser un courrier au ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti pour l’alerter sur « cette vague insupportable de suicides ».

« Analyser les causes de ces suicides »

Dans sa question écrite, la députée réclame aussi l’ouverture d’une enquête par l’Inspection Générale de la Justice pour « analyser le plus vite possible les causes de ces suicides à répétition » et « que des mesures adéquates et effectives sont prises en compte immédiatement ».


« Cela en va de la survie des concitoyens détenus, à Nantes comme partout en France, écrit-elle. Dans l’objectif que cette enquête fasse également jurisprudence et que d’autres soient diligentées sur tout le territoire d’hexagone et d’Outre-mer ». Selon le compte Twitter @desdetenus, 53 détenus se sont suicidés en prison depuis le début de l’année en France.