Vacances d'été : Les bassins manquent de maîtres-nageurs alors que la fréquentation bat son plein

POSTE VACANT En France, « il manque au moins 5.000 maîtres-nageurs à l’année », selon la fédération du métier

20 Minutes avec AFP
— 
Certaines piscines manquent cruellement de maîtres-nageurs.
Certaines piscines manquent cruellement de maîtres-nageurs. — FRED SCHEIBER/SIPA

Envie d’un petit tour à la piscine pour vous rafraîchir en pleine canicule ? Soudain, c’est la douche froide : la piscine municipale est fermée, faute de maître-nageur. C’est le risque qui pèse sur de nombreux bassins, alors que la fréquentation bat son plein en été ​et pose de sérieux problèmes de sécurité. Dans toute la France, « il manque au moins 5.000 maîtres-nageurs à l’année », compte Axel Lamotte, de la Fédération nationale des maîtres-nageurs (FNMNS). Comme explications, il cite en vrac des salaires faibles, la privatisation des centres aquatiques et centres de formation, et aussi les incivilités des usagers, qui sapent le moral.

La difficulté, c’est le nombre insuffisant de « personnes qui entrent en formation », relève également Jean-François Druon, dirigeant de Performeo, un centre de formation des maîtres-nageurs à Béthune. Les maîtres-nageurs des années 1970, arrivés dans le métier avec l’opération « 1.000 piscines » (un programme national de construction de piscines pour favoriser l’apprentissage de la natation), partent à la retraite et il faut donc les remplacer, explique-t-il.

« Sur 35 heures, le maître-nageur ne passe pas plus de deux ou trois heures sur sa chaise »

En maillot de bain, perché sur son fauteuil de surveillance, le sifflet autour du cou… Le métier pâtit aussi d’une image erronée, selon les professionnels. « Sur 35 heures, le maître-nageur ne passe pas plus de deux ou trois heures sur sa chaise », souligne Jean-François Druon. Le manque de maîtres-nageurs se fait sentir dans toutes les régions. Certaines villes sont contraintes de réduire les horaires d’ouverture des bassins l’été. Et ce, alors que les températures élevées et les congés attirent plus de visiteurs dans les piscines.

C’est le cas par exemple à la piscine municipale de Lambersart, dans la banlieue lilloise, où un poste de maître-nageur est « vacant depuis février ». « On est freiné dans le développement, on ne peut pas ouvrir le dimanche matin », regrette Thomas Hubert, adjoint aux sports de la ville. « On a revu le salaire un petit peu à la hausse, mais cela oblige à augmenter les salaires de ceux qui sont déjà en poste », ajoute-t-il.

Roxana Maracineanu et la réforme du diplôme

Dans ce contexte de personnel manquant, « on est obligés de baisser les prérequis » d’obtention du diplôme de maître-nageur « tellement le niveau (de natation) s’est dégradé », déplore Axel Lamotte. « Des vies sont en jeu », rappelle le responsable à la Fédération des maîtres-nageurs, soulignant le rôle de la profession dans l’apprentissage de la natation. En France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’un millier de décès (dont environ 400 l’été), ce qui en fait la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, rappelle Santé publique France.

Mais soumettre les candidats à des épreuves exigeantes et coûteuses, avec une formation estimée à quelque 5.000 euros, peut freiner les bonnes volontés, estime Roxana Maracineanu, ancienne ministre des Sports et championne de natation. Nager 800 mètres en moins de 16 minutes, comme le requiert le diplôme, « c’est un niveau beaucoup trop élevé pour enseigner la natation à des enfants », pointe-t-elle.

Pour l’ancienne maître-nageuse, « le vivier est là, on sait où aller le chercher ». Elle propose ainsi de faire passer le brevet de sauvetage aquatique à tous les membres des fédérations de sports nautiques. Le brevet ne suffit pas à dispenser des cours de natation, comme seul peut le faire un maître-nageur. Mais Roxana Maracineanu pense que cette mesure peut créer des vocations et recentrer le métier vers la surveillance, le secours et l’apprentissage. « Le métier de maître-nageur sauveteur est parfois devenu celui d’animateur en piscine », regrette-t-elle.