Crèches : Des professionnels opposés au droit d’embaucher des employés moins bien formés

SOUS-EFFECTIFS Certains craignent que la mesure ne dévalorise le secteur de la petite enfance et tire la profession vers le bas

20 Minutes avec agence
— 
Un grand nombre de crèches manque de personnel. Photo d'illustration.
Un grand nombre de crèches manque de personnel. Photo d'illustration. — C. Girardon / 20 Minutes

Un arrêté paru au Journal officiel ce jeudi suscite l’inquiétude parmi les professionnels de la petite enfance. Le texte autorise en effet à partir du 31 août les crèches confrontées à un manque de personnel à recruter des personnes sans les qualifications habituellement exigées. L’objectif est de lutter contre la pénurie de personnel à laquelle font face de nombreuses crèches, explique France Info.

Des mesures étaient particulièrement attendues par le collectif Pas de bébés à la consigne, qui réunit des syndicats et organisations professionnelles de la petite enfance. Sur les 8.000 établissements interrogés par la CAF, début juillet, 48,6 % déploraient un manque de personnel. Les dérogations rendues possibles par cet arrêté suscitent pourtant l’inquiétude.

Une formation « indispensable »

Selon un membre du collectif, l’autorisation d’embaucher des personnes « sans aucune qualification » n’est « pas du tout appropriée ». Elle est par ailleurs contraire à la demande de revaloriser et d’approfondir les formations. Un directeur de crèche du Nord a par exemple raconté avoir appris lors de sa formation « des choses qui sont indispensables pour accompagner un enfant dans son quotidien, dans une structure petite enfance ».

Autre point dénoncé par les professionnels, l’article 3 de l’arrêté instaurant un accompagnement des personnes dans l’emploi pendant 120 heures. Tous se demandent comment des employés déjà en sous-effectifs vont pouvoir former des personnes qui n’ont aucune connaissance. Des professionnels dénoncent un arrêté dévalorisant le monde de la petite enfance et tirant la profession vers le bas. Des dirigeants ont annoncé qu’ils ne feraient pas appel à des non diplômés.