SNCF : Trois fois plus de trains sont en retard par rapport à 1954

GENE OCCASIONNEE Les causes de ces retards sont multiples, même si le vieillissement du matériel est mis en avant dans une étude

C.d.S
— 
Une longue attente pour les vacanciers qui n'espèrent que quitter la capitale.
Une longue attente pour les vacanciers qui n'espèrent que quitter la capitale. — Stephane Duprat/SIPA

Grèves, incidents, nombre de passagers, canicules, froid… Les causes sont multiples mais le résultat est le même : les trains de la SNCF sont de plus en plus en retard depuis une soixantaine d’années. Trois fois plus exactement, entre 1954 et 2020, selon une étude publiée en mars par l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) et relayée par le JDD ce week-end.

La ponctualité​ de nos TGV, TER, et autres Ouigo, « s’est fortement dégradée depuis 1954 pour l’ensemble des services ferroviaires, constate l’organisme rattaché au ministère de la Transition écologique. Ainsi, le taux de retards des trains en France (toutes activités ferroviaires voyageurs confondues) a été multiplié par 3,3 entre 1954 et 2020, avec une perte de 6 points de ponctualité. »

Dans le détail, « l’impact sur la ponctualité d’un vieillissement de 10 ans du parc des principaux constituants du matériel roulant varie entre +10 % et +22 % de retards de trains de voyageurs », précise l’étude. Par ailleurs, l’intensification de l’utilisation des lignes du Réseau ferré national (RFN) « par l’ensemble des services voyageurs de la SNCF a engendré une hausse du taux de retard (toutes activités voyageurs confondues) de 6 points entre 1954 et 2019. »