La prothèse de jambe d’une mannequin effacée d’une campagne du gouvernement espagnol… pour l’inclusivité

FAIL Sian Green-Lord, mannequin britannique, reproche aussi au graphiste à l'origine de l'affiche, Arte Mapache, de lui avoir rajouté des poils sous les aisselles et sur les jambes, raconte le « Guardian »

A.L.
— 
Capture des photos de la mannequin Sian Green-Lord et de la campagne du gouvernement espagnol.
Capture des photos de la mannequin Sian Green-Lord et de la campagne du gouvernement espagnol. — Montage 20 Minutes des photos Sian Green-Lord / Instituto de las Mujeres

Sian Green-Lord, mannequin britannique, « tremble de rage », nous raconte le Guardian. Le gouvernement espagnol a utilisé son image sans permission, et a de plus effacé, ou « photoshoppé » sa prothèse de jambe. Le tout dans une campagne en faveur de l’acceptation et l’appréciation de tous les types de corps humains. Un comble.

« L’été nous appartient à nous aussi. Profitez-en de la manière dont vous voulez, où vous voulez et avec qui vous voulez », énonce le slogan de cette campagne promue par l’institut des femmes, rattaché au gouvernement espagnol.

Sur l’image de la campagne du gouvernement espagnol, on peut voir cinq femmes souriantes en maillot de bain, cinq femmes de différents âges, différentes morphologies et couleurs de peau. Quand on compare cette image et notamment la femme dans le coin en bas à gauche, au post daté du 28 mai de Sian Green-Lord, on distingue clairement que la prothèse de jambe a été enlevée, et le maillot de bain changé de couleur.

Une autre mannequin s’est plainte

Sian Green-Lord reproche aussi à la graphiste à l’origine de l’affiche, Arte Mapache, de lui avoir rajouté des poils sous les aisselles et sur les jambes.

« C’est une chose d’utiliser mon image sans permission mais c’en est une autre de modifier mon corps, mon corps avec ma prothèse de jambe… Je n’ai pas de mots, cela dépasse les limites », dit-elle au Guardian.

Une autre mannequin, Nyome Nicholas-Williams, s’est également plainte que son image ait été utilisée sans sa permission.

Arte Mapache s’est excusée dans une série de tweets et a promis de reverser l’argent touché aux personnes présentes sur la campagne du gouvernement espagnol.