L’enfer vécu par des passagers d’un Thalys Paris-Bruxelles, coincés 4 heures sous 45 °C

PANNE Les voyageurs sont restés enfermés sans climatisation, et 200 d’entre eux ont passé la nuit dans le train

20 Minutes avec agence
— 
Le Thalys n'a finalement pas pu repartir et les voyageurs ont été embarqués dans un autre train. (Illustration)
Le Thalys n'a finalement pas pu repartir et les voyageurs ont été embarqués dans un autre train. (Illustration) — Patrick Leveque/SIPA

Il y a des situations qu’il est préférable d’éviter en temps de canicule. Comme de se retrouver coincé dans un train, privé de climatisation. C’est pourtant ce qui est arrivé aux passagers du Thalys, parti de Paris en direction de Bruxelles mardi 19 juillet. Le train 9469 a quitté la Gare du Nord vers 18h30, après une heure de retard, pour s’arrêter quatre heures en gare de Saint-Denis, rapporte le Huffington Post. Un véritable calvaire.

Stoppé en gare, le train n’était plus alimenté électriquement. Si bien que la climatisation était inopérante. Circonstance aggravante, ce jour-là, la température extérieure approchait les 40 °C. A l’intérieur des voitures, la chaleur avoisinait les 45 °C, selon une passagère qui s’est confiée à 7 sur 7. Certains voyageurs, excédés, ont fini par briser des vitres pour aérer les voitures. Plusieurs vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux.


200 passagers ont dormi dans le train

C’est la chaleur qui est la cause des problèmes techniques rencontrés par ce train. Les quelque 600 voyageurs ont dû rester à bord, car il n’était pas possible d’assurer une évacuation en toute sécurité, en raison des voies à proximité. C’est seulement dans la soirée que le train a pu être évacué. Mais 200 voyageurs ont dû rester dans le train, a déclaré un porte-parole de la compagnie de trains à l’agence Belga.

Le train n’a pas pu repartir. Pour ne rien arranger, une panne générale d’électricité a touché le poste de commandement des Hauts-de-France, paralysant le trafic des TER, TGV, Thalys et Eurostar dans toute la région. Le train n’arrivant pas à repartir, les voyageurs ont pu en prendre un autre qui les a menés à destination peu après 10h du matin, précise L’Indépendant. Cela représente plus de 12 heures de retard.