Incendies en Gironde : Les premiers retours des évacués envisagés à Landiras dans les prochains jours

FEU En lien avec les maires des 16 communes concernées, le préfet de Gironde envisage les premiers retours des personnes évacuées au plus tôt ce vendredi

Elsa Provenzano
— 
Un gros travail de surveillance est en cours sur les 13.800 hectares du sinistre dans le secteur de Landiras.
Un gros travail de surveillance est en cours sur les 13.800 hectares du sinistre dans le secteur de Landiras. — Philippe Lopez/AP/SIPA
  • L’incendie qui touche Landiras est stabilisé mais pas fixé et il n’y a pas eu de dégâts supplémentaires dans la nuit de mercredi à jeudi.
  • Les premiers retours des personnes évacuées sont envisagés dès vendredi en fonction de l'évolution des conditions météo, dans les zones les moins exposées.
  • Les reprises sont traitées et les lisières noyées par les pompiers dont les effectifs restent à ce jour les mêmes.

L’amélioration se confirme du côté de l’incendie du secteur de Landiras en Gironde où le bilan est stabilisé à 13.800 hectares brûlés, ce jeudi matin. « Le feu est stabilisé mais pas fixé, précise le sous-préfet de Langon, Vincent Ferrier. ll n’évolue plus mais on ne peut pas dire qu’il n’évoluera pas. » Des reprises de feu continuent d’être traitées sur les lisières fragiles en particulier au sud du secteur sud (Hostens, Saint-Symphorien).

Il n’y a pas eu de dégâts supplémentaires dans la nuit de mercredi à jeudi et le sous-préfet a annoncé que des discussions allaient avoir lieu ce jeudi avec les maires des 16 communes concernées pour envisager les premiers retours des personnes évacuées à partir de vendredi en fonction des conditions météos. « A l’intérieur du périmètre, il y a 1.219 maisons et des centaines d’autres à sa périphérie immédiate et seules deux ont brûlé », tient à souligner le sous-préfet.

Un drone pour repérer les points chauds en sous-sol

Toutes les communes ne sont évidemment pas logées à la même enseigne et pour celles qui sont au cœur de la zone de feu, les retours ne sont pas envisageables avant au moins plusieurs jours. Des problématiques de réseaux endommagés et d’infrastructures routières dégradées devront aussi être traitées pour organiser ces retours. « Si on attendait d’être absolument certains qu’il n’y ait plus aucun risque on attendrait des mois, précise-t-il. Il y a un bon équilibre à trouver pour garantir la sécurité des personnes et rendre leur retour possible. » Et les habitants seront prévenus que de nouvelles évacuations pourront avoir lieu après leur retour puisqu’il y a encore des reprises et que la météo des prochaines semaines s’annonce compliquée avec des conditions chaudes et sèches.

Depuis mercredi un drone ripper a été mis à disposition des équipes qui luttent contre l’incendie de Landiras. Il permet de cartographier à 1.500 mètres d’altitude les points chauds et il y en a encore beaucoup, en particulier au sud. « On a une image satellite qui nous permet de matérialiser les points chauds avec les coordonnées pour avoir des actions ciblées », détaille le lieutenant-colonel du SDIS de la Gironde Charles Lafourcade. Un atout pour l’exploration du sous-sol jusqu’à 30 ou 40 centimètres. « Il nous permet de mieux appréhender si nous avons de la tourbe et si le feu s’enterre il progresse, sous la terre », ajoute-t-il.

« Il faudra des semaines avant d’être complètement rassurés »

Les pompiers essayent de « noyer » les lisières et de tout noyer pour qu’il n’y ait plus de fumerolles, dégagement de vapeur provenant du sol. Les camions urbains non adaptés aux pistes forestières sont stationnés sur les routes pour noyer la moindre fumée.

Pour fixer ce feu cela va prendre beaucoup de temps. « Il faudra des semaines et semaines avant d’être complètement rassurés sur ce secteur. Et quand il sera fixé il ne s’étendra pas mais des reprises pourront continuer à l’intérieur. » Le colonel Lafourcade s’inquiète aussi de la situation dans le Sud-Est, qui a envoyé des renforts en Gironde et pourrait bien les rapatrier en cas de besoin.