Ille-et-Vilaine : Que s’est-il passé dans l'accident du centre équestre où 15 enfants ont été blessés par des poneys ?

ENQUETE Mardi soir, 15 enfants et 2 animatrices d'une colonie de vacances ont été blessés par des poneys dans un centre équestre près de Vitré (Ille-et-Vilaine). Les enfants gravement blessés ont été victimes de « traumatismes faciaux consécutifs à des coups de sabots »

F.H. avec AFP
— 
Une quinzaine d'enfants et deux encadrantes ont été blessés par des poneys en fuite le 19 juillet 2022 à Saint-M'Hervé, près de Vitré, en Ille-et-Vilaine.
Une quinzaine d'enfants et deux encadrantes ont été blessés par des poneys en fuite le 19 juillet 2022 à Saint-M'Hervé, près de Vitré, en Ille-et-Vilaine. — Sapeurs-pompiers - SDIS 35
  • Alors qu'ils ramenaient une vingtaine de poneys au champ, 15 enfants et leurs deux accompagnatrices ont été blessés dans une bousculade provoquée par les animaux.
  • Trois enfants ont été évacués par les pompiers « en urgence absolu, sans que leur pronostic vital ne soit engagé », victimes de blessures au visage.
  • Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes pour déterminer les raisons de l'accident.

Quinze enfants et deux encadrantes d’une colonie de vacances blessés dans un accident dans un centre équestre. Mardi soir, à 20h50, sur la commune de Saint-M’Hervé au lieu-dit de La Haute Hairie, près de Vitré en Ille-et-Vilaine, une bousculade de poneys a fait 17 blessés, dont 15 enfants. Trois d’entre eux ont été évacués en urgence absolue. 20 Minutes fait le point sur cet accident.

Que s’est-il passé ?

Selon les premiers éléments de l’enquête révélés par le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, « les enfants et deux accompagnantes emmenaient une vingtaine de double poneys au champ. Sur le chemin long d’une centaine de mètres, l’un des poneys, sans doute celui de tête, a fait demi-tour pour une raison indéterminée, suivi par d’autres. Dans leur fuite, les animaux ont bousculé et renversé le groupe. » Les chevaux, non montés et non tenus en longe, avaient l’habitude de prendre ce chemin.

Les deux adultes et 15 enfants ont été blessés, trois enfants ont été évacués dont deux par hélicoptère des Samu d’Ille-et-Vilaine et du Maine-et-Loire « en urgence absolue, sans que leur pronostic vital ne soit engagé », indiquent les pompiers​ d’Ille-et-Vilaine.

« Les familles ont été avisées par le centre équestre et la gendarmerie » de l’accident, annonce le procureur.

Dans quel état se trouvent les blessés ?

« Le pronostic aujourd’hui est favorable » pour les trois enfants les plus gravement blessés, âgés de 7 à 11 ans, a déclaré le Pr Louis Soulat, chef des urgences du CHU de Rennes, au cours d’un point presse mercredi matin. Tous ont pu rentrer chez eux sauf deux enfants. Une enfant née en 2011 souffre de diverses fractures est en chirurgie pédiatrique avec une ITT d’au moins 50 jours. Une enfant née en 2014 qui souffre de fractures à la tête est toujours en réanimation pédiatrique.

Les enfants gravement blessés ont été victimes de « traumatismes faciaux consécutifs à des coups de sabots », notamment des « fractures des os de la face », selon le Pr Soulat. Les deux adultes ont eux subi un « stress post-traumatique », selon la même source.

Selon la préfecture, une « cellule d’urgence médico-psychologique » a été mise en place.

Ouverture d’une enquête

Elle a été confiée par le parquet de Rennes à la brigade de recherches de Vitré. Le centre équestre où l’accident a eu lieu accueillait une colonie de vacances de 26 enfants âgés de 9 à 13 ans. L’une des encadrantes avait le BAFA, l’autre est stagiaire et titulaire d’un galop 3 en équitation. Les investigations se concentrent sur la vérification du respect de la réglementation, notamment du nombre d’encadrants et des diplômes requis à cet effet. « Une première analyse, qui devra cependant être approfondie, conclut à ce titre à une insuffisance d’encadrement », selon le parquet. La loi impose un animateur pour 12 enfants de plus de 6 ans.

Le procureur précise que « l’accident paraît trouver pour partie sa cause dans la double nature de l’activité consistant à la fois dans l’encadrement du groupe d’enfants et dans le transit d’un groupe important d’animaux sans modalités permettant de s’assurer de leur maîtrise éventuelle ». Toutes les auditions ont été réalisées sans mesure de garde à vue. Les investigations se poursuivent « afin de déterminer d’éventuelles responsabilités pénales ».