Vacances d'été : « Je l’ai dévoré », « Il a changé ma vie »... Ils racontent le livre qui a marqué leur été

VOTRE VIE VOTRE AVIS Nos lecteurs nous racontent leurs plus belles émotions littéraires en été. Car les grandes vacances constituent un moment idéal pour découvrir un auteur ou un titre

Delphine Bancaud
— 
La lecture reste une des activités préférées des Français sur la plage.
La lecture reste une des activités préférées des Français sur la plage. — Canva
  • Les Français, qui n’ont pas forcément le temps ou l’énergie de lire pendant l’année, se rattrapent souvent en été.
  • Le fait de disposer de plusieurs heures d’affilée les incite parfois à se jeter dans des lectures plus exigeantes.
  • Nos lecteurs nous ont donc dévoilé les titres et auteurs qui ont marqué leurs étés.

Le moment tant attendu est arrivé : vous êtes enfin allongé sur votre serviette de plage, un bouquin à la main. Car les vacances d’été sont souvent propices à la lecture. Selon un sondage Youboox*, 64 % des Français déclarent lire davantage pendant leurs congés estivaux que pendant le reste de l’année. Ils en profitent pour bouquiner des ouvrages repérés au fil de l’année mais qu’ils n’ont eu pas le temps de dévorer avant. Ou se laissent séduire par des livres qui leur ont été conseillés par un libraire ou un ami.

L’été, c’est aussi le moment où l’on peut s’attaquer à des ouvrages ambitieux : un pavé de plusieurs centaines de pages, un classique de la littérature qui demande une concentration de plusieurs heures pour s’immerger dans l’intrigue… Remy, qui a répondu à notre appel à témoins, a sauté à pieds joints dans la trilogie La Chute des géants, roman historique britannique de Ken Follett : « Ça m’a marqué : 3.000 pages d’histoire et de romance. J’imagine la somme de recherches qu’il a fallu pour coller à ce point à la réalité ! ». D’ailleurs, les livres historiques sont le deuxième genre préféré des Français après les livres pratiques, selon le baromètre Les Français et la lecture **. Un été, Evelyne s’est aussi lancée dans la lecture d’un pavé de 300 pages : Saisons sauvages, de Kettly Mars. « Ce livre que j’ai dévoré retranscrit une période charnière et douloureuse de l’histoire d’Haïti. Il raconte à la fois le destin de Nirvah et de sa famille, mais aussi la situation politique et les horreurs de cette île. Un vrai bonheur de plonger l’été dans un tel livre après un bon bain de mer », décrit-elle. Claire, elle a pu enchaîner les 500 pages de Madame Ba, d’Éric Orsena : « L’été, avec du temps disponible, m’a permis de poser ce livre le moins possible et de me concentrer, le rendant plus addictif. J’ai aimé l’humour de l’auteur, qui traite pourtant d’un sujet sérieux. Ça parle d’Afrique, de football… Captivant ».

« Je l’ai dévoré et il m’a fait oublier mon ennui »

Les vacances estivales sont aussi propices aux révélations : on se souvient tous d’avoir découvert un roman ou un essai qui nous a fait aimer la lecture ou nous passionner pour un genre littéraire. C’est notamment à l’adolescence que ces chocs littéraires ont lieu. Exemple avec Charlotte, qui se souvient avec nostalgie de son été entre la 4e et la 3e : « J’ai lu Autant en emporte le vent. Je n’avais pas vu le film et découvrais l’histoire. Je ne peux pas dire quel temps il faisait dehors, je n’ai fait que lire jusqu’au bout des trois tomes. » Fatia était dans le même état l’été de ses 15 ans. « J’ai lu Belle de jour, de Joseph Kessel. J’étais captivée par cette jeune femme belle et riche. Fascinée par l’attraction obscure qui la poussait vers cette maison close. Je l’ai dévoré et il m’a fait oublier mon ennui, alors que j’étais bloquée chez moi sans vacances à la plage dans la chaleur moite de la région toulousaine. »

Certains livres parviennent aussi à nous réconcilier avec la lecture, comme pour Fanny avec Respire, de Niko Tackian, un polar exaltant. « Cela faisait deux ans que je ne parvenais plus à lire alors qu’avant, je dévorais les livres toute l’année et particulièrement en été (une dizaine). Ce livre nous présente un homme qui veut quitter sa vie, être un "évaporé" qui quitte son quotidien trop prenant… L’histoire se déroule sur une île déserte où sont réunies des personnes qui ont choisi de quitter la civilisation pour créer une nouvelle vie sans contrainte. Après cette période de Covid-19, je le trouvais dépaysant, mais aussi très proche de l’aspiration de beaucoup : quitter une société consumériste, qui ne nous laisse plus le temps de vivre. »

« Ce livre que j’ai lu il y a vingt ans a changé ma vie »

Parfois, la découverte d’un auteur est tellement marquante qu’elle donne lieu à une vraie passion. Ce fut le cas pour Gilles avec Le chardonneret, roman américain de Donna Tartt. « J’ai tellement aimé que j’ai acheté la version originale et chaque été, je le relis avec tellement de plaisir… » Pour Armelle, c’est une lecture obligatoire au lycée qui s’est transformée en coup de foudre. « C’était il y a une quinzaine d’années, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Ce fut ma plongée dans la dystopie et dans la SF. Depuis, je l’ai relu au moins 4 fois, avec différents degrés de maturité. Et ça reste mon préféré ! » Quant à Marine, son auteur coup de cœur de l’été et devenu celui de sa vie : « J’ai découvert Love me tender et Play boy de Constance Debré. J’ai adoré ces bouquins qui remettent en question le lecteur. Je les ai d’ailleurs conseillés à tout mon entourage et je suis devenue fan de Constance Debré. J’ai écouté toutes ses interventions sur Youtube, j’adore sa personnalité très affirmée et percutante. Je vais acheter le troisième ouvrage de cette autrice : Nom. »

L’émotion et la réflexion provoquées sont parfois tellement fortes que leurs lecteurs ont l’impression qu’il y a un avant et un après. Pour Marion, ce fut Colère, de Denis Marquet. « Ce livre, que j’ai lu il y a vingt ans, a changé ma vie. Notamment ma vision de notre rapport à la nature, de notre façon de la martyriser. Il m’a fait prendre conscience du retour de bâton qu’on commence à se prendre. C’est un roman exceptionnel et visionnaire. » Pierre, lui, a été ébranlé par deux bouquins : « L’Alchimiste de Paulo Coelho. Il a changé ma vie. C’est un ami qui me l’a fait découvrir dans une situation ou vraiment, je n’allais pas bien. Dans un autre style : Penser pour moi-même, de Marc-Aurèle, que j’ai découvert en livre audio sur YouTube. Je l’écoute presque tous les jours par petits morceaux. » Dans un autre genre, c’est Portrait de femme d’Henry James qui a ébranlé Camille : « Cette femme qui gâche sa vie en prenant de mauvaises décisions m’a touchée. J’ai trouvé cette histoire terrible, parce que des femmes comme ça, on en croise tous les jours. Ce thème est finalement intemporel. Mais je crois aussi qu’Henry James n’avait pas une très haute opinion des femmes vu qu’il a écrit Washington square, qui évoque des déboires d’une autre héritière. Terrifiant ! » Alex, lui, ne jure que par Comme toi, de Catherine Lemesle : « Il montre la réalité du show-business vue par les yeux d’une fille du peuple surdouée. Hilarant et romantique. Un livre qui donne envie de vivre sa vie à fond. » Un enthousiaste qui met un peu plus de pression à tous ceux qui se prennent la tête pour savoir quels livres emporter en vacances…

* Enquête de Youbox réalisée en ligne auprès de 18.324 personnes représentatives de la population nationale française âgées de 18 ans et plus, du 3 au 8 juillet 2020.

** Baromètre « Les Français et la lecture », étude pour le centre national du livre réalisé du 8 au 26 janvier 2021 par téléphone suur un échantillon de 1.000 personnes âgées de 15 ans et plus.