Vacances d’été : Les astuces des parents pour occuper leurs enfants sur la route… « On chante des chansons », « On joue au petit bac »

FAMILLE Nos lecteurs nous ont confié leurs combines pour transformer les trajets longs en voiture en bons moments

Delphine Bancaud
— 
Un voyage paisible peut se transformer en cauchemar si les enfants s'ennuient.
Un voyage paisible peut se transformer en cauchemar si les enfants s'ennuient. — Canva
  • Les vacances d’été sont synonymes de gros embouteillages et de trajets longs. Ce qui peut vite devenir insupportable pour les enfants.
  • Pour éviter les cris et les plaintes, nos parents lecteurs rivalisent d’idées pour occuper leur marmaille.
  • Des jeux de société en passant par les podcasts jusqu’aux jeux collectifs… Ils évoquent tout leur panoplie anti stress !

EDIT: En raison des bouchons monstres de ce samedi 31 juillet, nous vous reproposons à la lecture, cet article paru le 16 juillet dernier. En espérant qu'il vous aidera à passer le temps. 

« Quand est-ce qu’on arrive ? » La question crispante que posent les enfants au moins dix fois par (long) trajet en voiture à leurs parents. Sans oublier les pleurs, les cris, les disputes après quelques heures de route, qui peuvent transformer l’habitacle de la voiture en succursale de l’enfer.

Mais ce stress est en partie évitable, à condition de prévoir pour eux de multiples activités aptes à faire filer le temps à toute vitesse. Et en évitant de les laisser des heures les yeux rivés sur un écran. Romain, père de 4 enfants de 4 à 16 ans, mise d’abord sur le confort : « Comme nous avons un véhicule assez grand, nous leur demandons de s’installer avec leurs couettes et leurs oreillers préférés (et bien sûr les doudous) pour organiser une méga chambre rigolote à l’arrière. Ça marche pas mal les deux premières heures », explique-t-il en répondant à notre appel à témoins. 

Livres, jeux de réflexion ou créatifs

Parfois, ce sont les plus vieilles recettes qui fonctionnent. Comme le fait de se munir de livres, à l’instar d’Emilie pour sa fille de 7 ans. « On lui fait choisir ses livres avant le départ. Elle remplit un petit sac à dos. Bien évidemment, ça ne suffit pas toujours. On la laisse s’ennuyer. Et elle finit par s’inventer des histoires : on l’entend chuchoter en secret, pendant qu’à l’avant on discute et refait le monde. C’est chouette ! ».

Prévoir des jeux de société qui prennent du temps est aussi une bonne stratégie, comme en témoigne Céline : « J’ai acheté des Perplexus (sphères contenant une bille qu’il faudra faire progresser à travers un labyrinthe) à mes enfants, qui ont 8 et 10 ans. Ces boules comportent plusieurs niveaux de difficultés, elles peuvent aussi se les échanger durant le trajet. Des heures d’occupation garanties. Je leur ai aussi donné un cahier de mandalas avec des crayons de couleurs. » Emilie, elle, n’oublie jamais le tableau magique de sa fille : « Elle s’amuse à faire des dessins ou écrit des petites phrases ». Les jeux créatifs sont effectivement une bonne solution on the road, selon Charlotte Ducharme, coach et autrice spécialiste de la parentalité : « Pour les plus petits, les gommettes sont très recommandées. On peut leur dire de les coller sur leurs vêtements ou le siège auto. Ça les occupe un certain temps ».

« On joue à "devine à quoi je pense" »

C’est bien connu, la musique adoucit les mœurs, même en voiture. Donc Pauline, mère d’une fille de 3 ans, en use et en abuse : « On met des chansons pour enfants, des comptines ou juste de la musique qu’elle apprécie. » « On chante des chansons », raconte aussi Laetitia. Les podcasts ne sont pas seulement appréciés par les adultes, ils peuvent aussi sauver les trajets des enfants. Comme le confie Alexandra, mère de filles de 4 et 6 ans : « Les trajets étaient parfois longs mais depuis que nous écoutons des histoires audio, ça les occupe beaucoup. Nous en découvrons ensemble et ça permet ensuite d’échanger sur différents sujets, des valeurs… ». Pour les enfants entre 3 et 8 ans, il existe un autre objet magique, selon Charlotte Ducharme. : « La boîte à histoires comme la Lunni, qui permet d’en écouter plusieurs d’affilée ».

Les trajets en voiture sont aussi l’occasion de partager des moments conviviaux. Et d’inventer des jeux, comme le suggère Charlotte Ducharme : « On donne un mot et il faut chercher une chanson dans laquelle il est utilisé. Autre jeu : "Dans ma valise, j’ai emporté". Chaque voyageur cite un objet et le joueur suivant doit répéter la liste sans se tromper. Ça fait travailler la mémorisation ». Céline est aussi adepte des jeux sur la route : « Je joue au petit bac avec mes filles à l’oral. Elles aiment beaucoup et selon les prénoms choisis, ça peut vite partir en fou rire ! » Shéra, qui a 3 enfants de 7, 5 et 4 ans, mise aussi sur les jeux collectifs : « Je leur invente des jeux visuels comme "jaune !" : celui qui aperçoit sur la route une voiture jaune en premier gagne un point. Et on joue aux devinettes. » Lydia, elle, fait deviner un objet dans l’habitacle. Quant à Emilie, elle teste la télépathie avec ses enfants : « On joue à "Devine à quoi je pense" ».

Lancer des débats…

Le voyage peut aussi être un moment pour avoir des discussions avec ses enfants. « On peut lancer des débats : "Qu’est-ce que tu changerais à la maison", "raconte-moi ton film préféré", "quel est ton meilleur souvenir en famille ?" Ça peut donner lieu à des moments très émouvants ou à mourir de rire », estime Charlotte Ducharme. Et avec les ados qui sont parfois taiseux, c’est l’occasion de faire un pas vers eux : « On peut leur faire parler de leur jeu vidéo préféré ou leur demander de nous faire écouter leur musique du moment », poursuit l’autrice. Ou comment transformer la contrainte du voyage en opportunité…