A-t-on vraiment plus envie de faire l’amour durant l’été ?

AOUTCHATCHATCHA 20 Minutes vous accompagne durant l’été et avec sa série « Et plus si affinités » vous aide à vivre deux mois « sans tee-shirt, sans maillot » mais avec le mot et le geste justes pour avoir toujours chaud

Camille Poher
— 
Un couple sur la plage durant l'été (illustration).
Un couple sur la plage durant l'été (illustration). — kieutruongphoto
  • La rédaction de 20 Minutes vous accompagne durant l’été. Parce que cette période est souvent celle du grand n’importe quoi côté cœur et côté cul, le « club des 4 » à votre service vous donne quelques « hot stuff » pour passer deux mois « tchatchatcha », tous les lundis soir à 19h30. Alors si vous ne savez pas de quoi parler à l’heure de l’apéro, on est là et, dans l’oreillette, on vous parle nudes, vacances Tinder, peau et sable chaud.
  • Dans ce premier épisode de notre série « Et plus si affinités », on tente déjà de savoir pourquoi nous avons, globalement, plus envie de « sexer » dès que le soleil pointe le bout de son nez.
  • 20 Minutes a posé la question à une sexologue et à une neurobiologiste pour comprendre ce qui se passe dans notre corps et notre tête. Et croyez-nous, vu leurs réponses, votre été sera chaud.

Une épaule, une nuque, une cheville, etc. Depuis quelques semaines vous ne comprenez pas pourquoi votre libido s’emballe à chaque petit centimètre de peau découvert. Que vous soyez en couple,  polyamoureux ou célibataire, avec les beaux jours votre envie de faire l’amour est plus intense que celle de découvrir le nouvel album de Queen B.

Mais comment est-il possible que l'été nous transforme tous – ou presque - en « Giny, la plus chaude des boissons froides » ? « Dans mon cabinet je note que mes patients et leur sexualité sont moins endormis durant l’été », nous explique d’entrée Jane Oberdorff, sexologue clinicienne dans une maison de santé à Paris. Une hausse de la libido que notre praticienne attribue à la tête autant qu’au corps mais dont elle maîtrise plutôt le second aspect.

Sport, peau et crème solaire

« L’été est synonyme de chaleur et donc de vêtements plus légers. Les hommes comme les femmes sont sensibles à ces tenues qui laissent apparaître le corps de l’autre », explique la professionnelle. C’est justement parce que le corps se découvre bien plus durant la période estivale que beaucoup des patients de Jane Oberdorff ont tendance à en prendre plus soins. « On fait du sport, la peau se hâle, on se sent plus beau, on a plus confiance en soi et naturellement on est plus en accord avec ses désirs », constate la praticienne.

Autre particularité de la saison, la crème solaire. Pourtant anodine dans sa pratique elle explique en partie la hausse de la libido de ceux qui en font l’usage. « Lorsqu’on se crème, on se touche et on renoue inconsciemment avec nos sensations cutanées, souvent perdue pendant l’hiver, explique notre sexologue. Les brises d’été caressent notre peau et active toutes nos terminaisons nerveuses qui nous aident à conscientiser notre corps et à se sentir bien. »

Des fluides estivaux

La chaleur, la crème solaire mais figurez-vous qu’il existe encore un autre facteur qui fait monter notre thermostat intérieur : la transpiration. « La chaleur nous fait transpirer et cette transpiration est libératrice de  phéromones », explique à 20 Minutes Lucy Vincent, neurobiologiste et autrice de La Formule du désir (Ed. Albin Michel). « Ces phéromones agissent comme des signaux, de notre âge, de notre santé, de notre cycle menstruel mais plus encore de degrés d’excitation », ajoute-t-elle.

Et les jours qui rallongent, on en parle ? « Bien sûr !, répond Lucy Vincent. Notre cycle circadien, qui se base sur la quantité de lumière que nous recevons sur une journée, modifie considérablement la libération hormonale. » Les journées d’été qui durent motivent la sécrétion des deux hormones nécessaires à une sexualité épanouie : œstrogène et  testostérone. « On est beaucoup plus motivé, énergique et disposé durant l’été, particulièrement dans notre sexualité », conclut Lucy Vincent.

Et si plus que la saison il ne s’agissait pas du temps dont nous disposons qui nous rend plus enclin à des moments câlins ? Pour Jane Oberdorff, c’est sûrement la clé : « La majeure partie des gens prennent de longues vacances durant l’été, et ce temps est précieux pour renouer avec sa sexualité. » Faire un break, rompre avec le quotidien, s’émanciper de la charge mentale, nous permettrait d’être plus disposés au sexe et plus largement à la tendresse retrouvée. « En grandes vacances, on prend véritablement le temps de vivre son désir », précise notre sexologue. Vous l’aurez donc compris, posez vos CP, sortez vos slips et suez, bon sang.