IVG en Pologne : Pourquoi une militante a brandi des pilules abortives devant son Parlement

LÉGISLATION Ce jeudi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », assiste au plaidoyer d’une militante polonaise « pro-choix »

20 Minutes avec Brut
— 
Natalia Broniarczyk a interpellé les parlementaires polonais
Natalia Broniarczyk a interpellé les parlementaires polonais — BRUT Media (capture d'écran)

Dix mois après qu’une de ses compatriotes eut succombé à un choc sceptique consécutif à la quasi-interdiction de l'IVG en Pologne, la cofondatrice d’Avortement sans frontières a pris la parole devant le parlement polonais pour dénoncer la cruauté d’un texte promulgué en 2020.

« Rendre justice et réparer les dommages »

Défendant une proposition d’initiative citoyenne pour libéraliser la loi polonaise sur l’avortement – l’une des plus restrictives d’Europe –, Natalia Broniarczyk a rappelé les « morts récentes d’Izabela, de Pszczyna, et d’Agnieszka, de Częstochowa », espérant « qu’elles seront les dernières victimes de cette interdiction ». Pour cette militante pro-choix, les parlementaires ont le pouvoir de « rendre justice et réparer les dommages » en votant la légalisation de l’IVG.

Pour appuyer son propos, Natalia Broniarczyk n’a pas hésité à brandir une plaquette de pilules abortives, rappelant à son auditoire que loi ou pas, « des IVG seront toujours pratiquées ! Je voudrais donc m’adresser aux femmes et hommes politiques qui proposent un référendum sur l’IVG : le seul référendum qui compte se déroule dans nos toilettes, quand nous regardons le résultat positif du test de grossesse ».

Découvrez la quasi-intégralité de son discours dans cette vidéo de notre partenaire Brut.