Pas-de-Calais : Pas moins de 166 migrants récupérés en mer en une seule journée

IMMIGRATION Cinq opérations de sauvetage ont été nécessaires pour récupérer 166 migrants en difficulté dans le détroit du Pas-de-Calais alors qu’ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne à bord de plusieurs canots

Mikaël Libert
— 
Des migrants secourus en mer du Nord.
Des migrants secourus en mer du Nord. — Marine nationale
  • Mercredi, 166 migrants ont été récupérés en mer alors qu’ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne.
  • Plusieurs opérations de sauvetage ont été nécessaires pour secourir ces personnes embarquées sur de simples canots.
  • La veille, un important réseau de passeurs avait été démantelé lors d’une opération de police conjointe à cinq pays.

Mercredi, 166 personnes ont été secourues dans le détroit du Pas-de-Calais, au lendemain d’un coup de filet international ayant permis le démantèlement d’un réseau de passeurs de migrants en canots vers la Grande-Bretagne. Pas moins de cinq opérations différentes auront été nécessaires pour récupérer l’ensemble des naufragés a-t-on appris auprès de préfecture maritime de la Manche.

Les opérations ont commencé dans la nuit de mardi à mercredi, lorsque le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez a repéré plusieurs embarcations de fortune qui tentaient la traversée en direction de l’Angleterre.

Le très lucratif business de passeur de migrants

En tout, ce sont cinq embarcations qui nécessitent une assistance. A leur bord les sauveteurs ont dénombré entre 21 personnes et 47 passagers pour la plus chargée d’entre elles pour un total de 166 naufragés. Tous ont été ramenés à terre et confiés aux services de la police aux frontières à l’exception d’un migrant dont l’état de santé a nécessité une évacuation héliportée vers l’hôpital de Boulogne-sur-Mer.

Ironie du sort, ces sauvetages sont intervenus au lendemain d’une vaste opération de police dans cinq pays (Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas et Grande-Bretagne) visant à démanteler un réseau de passeurs de migrants. Une quarantaine d’individus avaient été interpellés, soupçonnés d’avoir organisé, ces 12 derniers mois, plus de 10.000 traversées de migrants en canots. Un business criminel très lucratif qui a rapporté au réseau 25 à 35 millions d’euros, chaque migrant devant débourser entre 2.500 et 3.500 euros pour monter dans un bateau selon Eurojust.