Finistère : Un hélicoptère tout proche du crash sur un phare de la pointe du Raz

FRAYEUR Un hélicoptère a brusquement chuté mercredi après-midi lors d’une opération d’entretien du phare de la Vieille au large de la pointe du Raz

C.A.
— 
Un hélicoptère a frôlé le crash le 6 juillet 2022 lors d'un vol aux abords du phare de la Vieille, au large de la pointe du Raz (Finistère).
Un hélicoptère a frôlé le crash le 6 juillet 2022 lors d'un vol aux abords du phare de la Vieille, au large de la pointe du Raz (Finistère). — Capture d'écran Youtube

Les images que vous verrez ci-dessous sont impressionnantes. Captées par une webcam, elles montrent la chute brutale d’un hélicoptère qui intervenait sur le phare de la Vieille, située au large de la très célèbre pointe du Raz, dans le Finistère. L’incident s’est déroulé mercredi 6 juillet peu avant 14h30 mais s’est bien terminé. Dans une manœuvre très compliquée, le pilote a réussi à redresser l’appareil, qui a pu se stabiliser et poursuivre son vol, non sans une grosse frayeur.

Repérée par Le Télégramme​, la vidéo avait déjà été vue plusieurs dizaines de milliers de fois ce jeudi matin. D’après nos informations, l’hélicoptère effectuait une mission de dépose et de livraison de caisses de matériel sur le phare de la Vieille, situé à moins de deux kilomètres du littoral et dont le sommet culmine à environ 30 mètres au-dessus du niveau de la mer. Pour une raison encore inexpliquée, l’hélicoptère a subitement vrillé, plongeant dangereusement vers les rochers. Plusieurs agents des Phares et balises étaient présents sur le phare. L’un d’entre eux a d’ailleurs été blessé et a dû être évacué par l’hélicoptère Dragon 29 de la Sécurité civile.

Un important dégagement de fumées

Propriété de la société Mont Blanc Hélicoptères Bretagne, basée à Vannes (Morbihan), l’appareil était guidé par un pilote expérimenté, qui a su éviter le drame. Sur les images, on voit un important dégagement de fumées puis le déclenchement du système d’urgence de flottaison. Une enquête interne a été ouverte par la Direction interrégionale de la mer Nord Atlantique Manche Ouest (DIRM NAMO) pour déterminer les raisons de cet incident.