Grève à la SNCF : Retards et annulations partout en France, les départs en vacances perturbés

TRAINS Un TGV sur quatre et trois TER sur cinq devaient être annulés d’après les prévisions

20 Minutes avec agences
— 
Des passagers à la gare Part-Dieu de Lyon, ce mercredi 6 juin.
Des passagers à la gare Part-Dieu de Lyon, ce mercredi 6 juin. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Mauvaise nouvelle pour les juillettistes. La grève des salariés de la SNCF a commencé ce mercredi avec des prévisions d’annulation d’un TGV sur quatre et de trois TER sur cinq, alors que les départs en vacances commencent.

A Bordeaux ce matin, le calme dominait dans les halls de la Gare Saint-Jean, sans foule ni scènes d’énervement. A 8 h 45, sur une dizaine de trains à l’affichage, deux TGV pour Paris étaient retardés de 45 minutes, ainsi qu’un TER pour Périgueux, a constaté une journaliste de l’AFP sur place. Même constat à Paris. A la gare Montparnasse, des agents mobilisés orientaient les passagers. Aucun train n’était supprimé à 8 h, mais certains étaient en retard. Le trafic est « conforme aux prévisions et tout ce qui est prévu roule », a indiqué un peu avant 8 h la SNCF.


Les syndicats réclament des hausses de salaires

Alors que le rail s'apprête à vivre un été record après deux années marquées par la pandémie de Covid-19, les quatre syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT) ont appelé à faire grève ce mercredi pour réclamer des hausses de salaires face à une inflation qui s’envole. Le préavis de grève est entré en vigueur à 20 h mardi.

Le trafic local en Ile-de-France est également très perturbé, avec un train sur deux sur les lignes B, C, D, E du RER, et sur les lignes J, L, N, R, U du Transilien. De nombreux trains Intercités ont été supprimés, avec un train sur trois en moyenne sur les rails, et aucune circulation sur les lignes Nantes-Bordeaux, Nantes-Lyon ou Toulouse-Hendaye. Les trains de nuit sont annulés, à l’exception du Paris-Nice.

Tous les clients dont les trajets ont été annulés ont normalement été prévenus par SMS, avait indiqué SNCF Voyageurs mardi. Le transporteur a proposé des changements de train, mais a aussi incité les usagers à rester en télétravail ou à reporter leur voyage.

Un échange de billet sans surcoût

En cas de train supprimé, « il ne faut pas se faire rembourser et racheter un autre billet, qui sera au prix d’aujourd’hui et donc plus cher, mais il faut faire un échange : le billet sera au même prix que celui que vous aviez payé initialement, c’est sans surcoût », a précisé la SNCF.

Les départs en vacances ont déjà été perturbés depuis la fin du mois de juin par des grèves de salariés et sous-traitants d’Aéroports de Paris, des pompiers de Paris-Charles-de-Gaulle, des compagnies EasyJet et Ryanair, notamment, causant l’annulation de quelques centaines de vols.

Le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou avait estimé fin juin que les départs en vacances n’étaient « pas menacés », malgré cet appel à la grève, assurant que les salaires des cheminots seraient augmentés. Selon les syndicats, les salaires à la SNCF n’ont pas été revalorisés depuis 2014. « Entre l’ouverture à la concurrence et huit ans de gel de salaire, tout le monde se demande à quelle sauce il va être mangé », avait souligné fin juin Fabien Dumas, secrétaire fédéral SUD-Rail.

La direction de la SNCF a prévu une table ronde avec les syndicats ce mercredi.