France terre d'asile : Najat Vallaud-Belkacem est la nouvelle présidente

ARRIVEE L'ancienne ministre de l'Education nationale est aussi directrice générale de ONE, une ONG qui lutte notamment contre l’extrême pauvreté

20 Minutes avec AFP
— 
Najat Vallaud-Belkacem, le 24 mai 2022 à Cannes.
Najat Vallaud-Belkacem, le 24 mai 2022 à Cannes. — JM HAEDRICH/JP PARIENTE/SIPA

De l’Education nationale à l’humanitaire. L’ex-ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem a été élue ce samedi à la présidence de France terre d'asile (FTDA), mastodonte de l’accueil et de l’accompagnement des exilés, a indiqué l’ONG dans un communiqué.

Najat Vallaud-Belkacem, en tant que présidente de l’association, ne sera pas salariée de FTDA, indique cette dernière. Elle conserve par ailleurs la direction générale de ONE, une ONG qui lutte notamment contre l’extrême pauvreté. Elle préside également le conseil stratégique de Tent Partnership for Refugees, une fondation qui mobilise les entreprises du secteur privé pour qu’elles accueillent en emploi des réfugiés dans leur pays d’installation.

Succession de Thierry Le Roy

FTDA avait annoncé mi-juin l’arrivée de Najat Vallaud-Belkacem, effective samedi, lors du renouvellement du conseil d’administration. L’ancienne ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sous François Hollande succède au conseiller d’Etat Thierry Le Roy, dont le second mandat arrive à échéance.

« Rares sont les acteurs qui, à ce point, vous inspirent le respect », a indiqué Najat Vallaud-Belkacem dans le communiqué de l’association. « France terre d'asile, c’est 50 ans de défense, jamais prise en défaut, de ceux que le sort a contraint à quitter leur terre pour chercher asile ailleurs ». « Cinquante ans d’accueil, d’information, d’orientation, d’hébergement, d’accompagnement psychologique d’individus exténués, traumatisés, confrontés depuis si longtemps à un milieu hostile, et parmi eux tout particulièrement les mineurs isolés étrangers », ajoute l’ancienne ministre. « C’est par leur sort, par la révolte permanente face à l’instrumentalisation qui est faite dans le débat public de ces vulnérables parmi les vulnérables, que j’en suis venue à regarder et admirer le travail de France terre d'asile ».