Marseille : Un « job dating » pour constituer « un vivier de remplaçants » de professeurs des écoles

DYNAMIQUE ET MOTIVE Plus d'une centaine de professeurs des écoles candidats sont reçus ce lundi pour une session de recrutement dans ce qui s'apparente à un « job dating », dénoncé par les syndicats dans la direction académique des Bouches-du-Rhône

Alexandre Vella
— 
L'académie d'Aix-Marseille cherche des professeurs des écoles contractuels pour pallier les éventuelles absences
L'académie d'Aix-Marseille cherche des professeurs des écoles contractuels pour pallier les éventuelles absences — ISA HARSIN/SIPA
  • L’académie d’Aix-Marseille recrute des professeurs des écoles contractuels.
  • Après avoir passé des annonces sur Pôle emploi, elle organisait ce lundi une session de recrutement avec plus de 100 candidats sur le mode du « job dating ».
  • Une situation dénoncée par les syndicats.

C’est une banale annonce Pôle emploi qui a mis la puce à l’oreille aux syndicats de professeurs des écoles. « Vous souhaitez devenir professeur(e) des écoles ? L’académie d’Aix-Marseille recrute, à partir de bac +3, des professeur(e)s des écoles contractuel(le)s pour enseigner en école maternelle et élémentaire », pouvait-on lire sur quatre annonces, supprimées depuis, concernant les villes d' Aix-en-Provence, Marseille, Arles et Salon-de-Provence.

Les syndicats s’en étonnent alors, et « des inspecteurs d’académie [leur] indiquent qu’ils sont convoqués ce lundi pour arbitrer différentes sessions de recrutement », raconte Sébastien Fournier, secrétaire départemental adjoint du SNUipp-FSU. « Nous sommes en train de détruire le statut de fonctionnaire », regrette-t-il, dénonçant un « job dating » sur le modèle de celui organisé dans l’académie de Versailles pour le secondaire.

Remédier aux absences éventuelles

Contacté, le rectorat précise à 20 Minutes que si le « mode de recrutement peut faire penser à ce qu’il s’est fait à Versailles, la situation n’a rien à voir. À Versailles, il manquait près de 1.000 enseignants titulaires. Ici, tous nos postes sont pourvus avec des titulaires et nous cherchons des candidats pour constituer un vivier de remplaçants, afin de remédier aux absences éventuelles », précise-t-on du côté de l’administration. Un peu plus de 100 prétendants au professorat sont attendus ce lundi pour des entretiens express.

Pour protester contre ceux-ci, une quarantaine de professeurs des écoles se sont rassemblés lundi devant les locaux de la direction des services départementaux de l’Education nationale à Marseille à l’appel des syndicats. « Cela veut dire que nous allons vers la fin des brigades de remplaçants et l’introduction des logiques du privé dans les services publics », a dénoncé à cette occasion Sébastien Fournier, parmi les manifestants qui demandaient davantage d’ouvertures de postes et une hausse des rémunérations.

L’académie d’Aix-Marseille, qui regroupe quatre départements (Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Haute-Provence, et Hautes-Alpes) compte près de 295.000 écoliers et 17.000 enseignants du premier degré, dans le public et le privé sous contrat.