L'Europe et le Canada brillent au classement des villes les plus agréables du monde

BON VIVRE Kiev ne figure pas dans le classement en raison de la guerre et Moscou dégringole de 15 places

20 Minutes avec agences
— 
Vienne domine le classement 2022 des villes les plus agréables du monde (illustration).
Vienne domine le classement 2022 des villes les plus agréables du monde (illustration). — PATRICK DOMINGO / AFP

Paris progresse mais reste encore en retrait au classement des villes les plus agréables du monde. C’est Vienne qui se distingue encore une fois en dominant ce palmarès publié ce jeudi, comme en 2018 et 2019.

Cet indice réalisé par « Economist Intelligence Unit », la cellule de recherche et d’analyse affiliée à l’hebdomadaire anglais The Economist, exclut cette année Kiev, dans un contexte d'invasion russe en Ukraine, tandis que Moscou dégringole (80e).

Paris au 19e rang

Vienne succède à la ville néo-zélandaise d’Auckland, qui perd 33 places du fait de l’allongement des confinements sanitaires. Les experts ont récompensé la stabilité de Vienne, son offre éducative et médicale, ainsi que la qualité de ses infrastructures par la note maximale de 100 sur 100. Les facteurs culturels et environnementaux y sont quasi idéaux.

L’Europe domine largement le top 10 avec six villes, dont Copenhague et Zurich, qui complètent le podium derrière Vienne, et Genève (6e). Le Canada est bien représenté avec trois villes : Calgary (3e ex aequo), Vancouver (5e) et Toronto (8e).

Paris s’affiche au 19e rang, 23 places plus haut qu’en 2021. La capitale belge Bruxelles apparaît à la 24e place, juste derrière Montréal (23e). Londres termine 33e tandis que Barcelone, réputée très animée, finit 35e, huit places devant Madrid (43e). Ailleurs dans le monde, Milan se classe 49e, New York 51e et Pékin 71e.

Damas, ville la moins accueillante du monde

Pour faire partie de ce panel, la ville doit être considérée comme une « business destination », soit un centre économique et financier, ou être demandée par les clients. Beyrouth, gravement sinistrée par l’explosion d’un port en 2020 et capitale d’un Liban en proie à une forte instabilité politique, n’y figure pas.

La guerre en Ukraine a également un impact sur ce classement. « Les villes d’Europe de l’Est ont reculé dans le classement en raison de l’augmentation des risques géopolitiques » et « de la crise du coût de la vie, incluant la flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires », a expliqué le responsable du rapport à l’EIU Upasana Dutt.

De nouveaux indicateurs comme les restrictions sanitaires avaient été introduits dans l’index 2021, pour évaluer les effets de la pandémie. La qualité de vie moyenne a ainsi rebondi en 2022, elle reste cependant en dessous du niveau pré-Covid. Damas reste la ville la moins accueillante du monde.