Bretagne : Avec ses capsules flottant sur l’eau, Anthénea veut envoyer du rêve

LUXE Basée à Lannion, l’entreprise bretonne va livrer sa première maison flottante cet été dans le port de Doha

Jérôme Gicquel
— 
Le prototype de la capsule flottante est amarré depuis 2017 dans le port de Trébeurden (Côtes-d'Armor).
Lancer le diaporama
Le prototype de la capsule flottante est amarré depuis 2017 dans le port de Trébeurden (Côtes-d'Armor). — Loïc Venance / AFP
  • En Bretagne, l’entreprise Anthénea construit des suites flottantes de luxe.
  • La première capsule sortie de ses usines prendra la direction du Qatar cet été.
  • Le PDG de la société vise principalement une clientèle d’hôtels de luxe mais compte aussi toucher des particuliers.

Cela fait maintenant cinq ans qu’un OFNI suscite la curiosité des promeneurs dans le port de Trébeurden (Côtes-d’Armor). L’objet en question a la forme d’une soucoupe volante de 9,40 mètres de diamètre posée sur l’eau. Inspirée de la capsule flottante de James Bond dans le film L’espion qui m’aimait, l’embarcation est l’œuvre de l’architecte naval Jean-Michel Ducancelle. Rêvant comme beaucoup de se la couler douce sur un bateau, ce dernier s’est associé en 2012 à l’entrepreneur angevin Jacques-Antoine Cesbron pour imaginer cet habitat flottant.

La construction du premier prototype, baptisée Anthénea du nom d’un genre d’étoiles de mer, a démarré en 2015 avant sa mise à l’eau en 2017 dans la station balnéaire de la Côte de Granit Rose. « Nous n’avons eu que des retours formidables lors des visites et nous avons donc décidé de démarrer la production », souligne Jacques-Antoine Cesbron, président d’Anthénea. L’homme d’affaires a toutefois dû prendre son mal en patience. La crise sanitaire a en effet chamboulé le carnet de commandes et surtout retarder la construction de l’usine, qui n’a été livrée que cet automne.

Tout le confort d’une suite de luxe

Mais pas de quoi décourager les équipes qui s’apprêtent à livrer leur première capsule flottante. Dans le courant de l’été, elle prendra la direction du Qatar où elle sera amarrée dans le port de Doha. « La Coupe du Monde de football cet automne va nous offrir une vitrine incroyable », assure le chef d’entreprise. Dans le pays du Golfe, où l’argent coule à flots, la maison flottante devrait en effet taper dans l’œil de clients fortunés.

Le rooftop n'attend que nous.
Le rooftop n'attend que nous. - Anthénea

A bord, elle offre ainsi tout le confort d’une suite hôtelière de luxe avec un lit circulaire XL, une baignoire à eau de mer ou eau douce et une vue panoramique à 360° au rez-de-chaussée. Un escalier en bois permet ensuite d’accéder à l’étage où se niche un spacieux rooftop de 16 m², l’endroit idéal pour se prélasser au soleil et déguster sa coupette de champagne.

Energie solaire et traitement des eaux usées

Un rêve qui a toutefois un prix. Chaque capsule coûte en effet entre 400.000 et 550.000 euros selon le modèle et l’équipement avec une version vide vendue autour de 300.000 euros. « Nos clients sont en grande majorité des hôtels de luxe qui veulent proposer une nouvelle expérience à leurs clients », souligne Jacques-Antoine Cesbron, mettant aussi en avant l’aspect écologique de ses embarcations. « Elles ne consomment que de l’énergie solaire et il y a un système de désalinisation et de traitement des eaux usés à bord », précise-t-il.

Petite visite à bord de la capsule flottante.
Petite visite à bord de la capsule flottante. - Loïc Venance / AFP

Après Doha, une deuxième capsule flottante prendra en septembre la direction du sultanat d’Oman où elle trouvera place dans une petite crique privée appartenant à une chaîne hôtelière. En capacité de produire une vingtaine de suites flottantes par an, l’entreprise Anthénea espère ensuite pouvoir monter en puissance en s’ouvrant à une clientèle de particuliers. Fortunés, vous l’aurez compris.