Manche : Les tentatives de traversées de migrants vers l'Angleterre en hausse de 68%

IMMIGRATION Depuis le début de l’année 2022, plus de 20.000 migrants ont tenté de rejoindre la Grande-Bretagne à bord d’embarcations de fortune, soit une augmentation de près de 70 % au regard de la même période l’année dernière

20 Minutes avec AFP
C'est dans ce Zodiac que cinq migrants ont tenté de traverser la Manche dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 novembre 2018.
C'est dans ce Zodiac que cinq migrants ont tenté de traverser la Manche dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 novembre 2018. — Préfecture de la Manche et de la mer du Nord

Les tentatives de traversées clandestines de la Manche par des migrants voulant rejoindre l’Angleterre ont explosé au premier semestre 2022, après une année 2021 déjà record, a indiqué le ministère de l’Intérieur. En parallèle, le gouvernement britannique est en train de durcir sa politique migratoire.

Entre le 1er janvier et le 13 juin 2022, « 777 événements de traversées et tentatives de traversées en small boats impliquant 20.132 candidats ont été recensés », selon le ministère français de l’Intérieur. Cela représente une hausse de 68 % par rapport à la même période en 2021. D’ailleurs, l’année dernière, ces tentatives de traversées avaient déjà atteint un « record », avec 52.000 personnes ayant tenté leur chance et 28.000 migrants ayant réussi, selon les données de la Place Beauvau communiquées en janvier.

Les anglais veulent envoyer les migrants au Rwanda

« Il est à noter que le taux de mises en échec est en hausse constante avec 61,39 % des traversées maritimes empêchées par les forces de sécurité intérieure françaises (+4,2 points par rapport au taux de 2021) et 10.090 individus (+65 %) interpellés depuis le début de l’année », a souligné le ministère de l’Intérieur.

Ces traversées par la mer sont devenues une source régulière de tensions entre Paris et Londres, notamment depuis le Brexit. Le point culminant ayant été atteint, fin 2021, après la mort, en novembre, d’au moins 27 personnes dans le naufrage de leur bateau en Manche. Un drame qui avait suscité une passe d’armes entre les autorités françaises et britanniques au sujet du contrôle de cette frontière.

Depuis, la Grande-Bretagne ne cesse de durcir le ton sur le sujet. Récemment, une stratégie ultra-controversée a été mise en place, dénoncée par les ONG et les défenseurs des droits humains. Elle consiste à renvoyer les demandeurs d’asile arrivés clandestinement sur son sol vers le Rwanda, pays avec lequel la Grande-Bretagne a noué un accord.

Mardi dernier, un premier vol charter qui devait convoyer jusqu’à 130 migrants (notamment iraniens, irakiens, albanais ou syriens) vers Kigali a été empêché in extremis par une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). La Cour, basée à Strasbourg, a estimé que la justice britannique devait examiner dans le détail la légalité du dispositif, ce qui est prévu en juillet, avant d’expulser des migrants.

Le gouvernement britannique a toutefois répété depuis sa volonté de poursuivre cette politique. « Nous sommes sereins concernant la légalité de ce que nous faisons et nous allons poursuivre cette politique », a déclaré, samedi, le Premier ministre britannique Boris Johnson.