Alpes-Maritimes : Les gestes recommandés par les sauveteurs en mer pour éviter les noyades

PREVENTION En deux jours, cette semaine, quatre personnes sont mortes noyées en deux jours sur la Côte d’Azur

Elise Martin
— 
Un maître nageur sauveteur surveillant une plage de Nice (Illustration)
Un maître nageur sauveteur surveillant une plage de Nice (Illustration) — P. Magoni / Sipa
  • Après la mort de quatre personnes cette semaine, la préfecture des Alpes-Maritimes a appelé à « la plus grande vigilance ».
  • Eric Petitjean, directeur du centre de formation et d’intervention des Sauveteurs en mer rappelle alors les gestes indispensables à avoir en tant qu’usagers de la mer, en se baignant mais également en bateau ou paddle.

Cette semaine, quatre personnes sont décédées par noyade sur la Côte d’Azur. Un triste bilan qui a poussé la préfecture des Alpes-Maritimes a appelé à « la plus grande vigilance », notamment en cette période de fortes chaleurs. « Un pic de chaleur multiplie par trois le risque de noyade », rappelle le préfet.

Conscients que les accidents, d’autant plus lors de la saison estivale, sont « en grande majorité dus à une méconnaissance des bons gestes à adopter en mer et sur le littoral », les Sauveteurs en mer (SNSM) multiplient les actions de sensibilisation auprès des usagers de la mer, notamment en rappelant des gestes indispensables.

A Cannes, Eric Petitjean, directeur du centre de formation et d’intervention SNSM, avertit : « Il faut bien surveiller les enfants et ne pas les laisser seuls. Pour les personnes plus âgées, la consigne est de prendre en considération ses capacités physiques et ne pas se surestimer. Surtout que ces épisodes de chaleur augmentent notre température corporelle alors que celle de la mer reste autour de 23 °C. Les écarts sont plus importants. Même si on a envie de se rafraîchir rapidement, il faut être encore plus vigilant et penser aux bons réflexes qui peuvent sauver d’une hydrocution et d’un potentiel arrêt cardiovasculaire ».

Se baigner dans une zone surveillée

Ainsi, il préconise de ne pas se baigner après le repas, éviter l’exposition au soleil de 12 heures à 16 h, ne pas oublier de se mouiller le front, la nuque et la poitrine avant de rentrer dans l’eau et de le faire dans une zone de baignade surveillée. « Si vous êtes témoin qu’une personne est en difficulté et que vous êtes sur le littoral, appelez le 112 ou alertez le poste de secours. Si vous ne vous sentez pas bien et que vous êtes en train de nager, assurez une position de flottabilité, sur le dos par exemple, et signalez-vous en agitant les bras et en criant. »

Attention toutefois, une nouvelle signalétique arrive sur les plages françaises à partir de l’été 2022. Par exemple, la zone de baignade surveillée est désormais délimitée par des drapeaux bicolores jaunes et rouges et non plus par des triangles bleus.

Piqûres de méduses, que faire ?

Pour les usagers en mer, le chef de la station de sauvetage de Cannes recommande, pour le paddle par exemple, de vérifier son matériel et la météo avant de partir, prévenir quelqu’un et ne pas s’éloigner trop loin du littoral. « Pour les bateaux à moteur ou les voiliers, il est aussi indispensable de s’assurer de son équipement avant de prendre la mer, que ce soit l’essence, les batteries ou même les cartes, développe Eric Petitjean. Si jamais il se passe quelque chose et que vous avez besoin d’aide, les numéros à connaître sont le canal 16 ou le numéro gratuit 196. »

Autre incident qui peut survenir lors des baignades : les piqûres de méduses. Le directeur du centre de formation et d’intervention SNSM indique alors : « Il faut mettre du sable chaud sur la blessure et rincer avec de l’eau de mer, surtout pas d’eau douce. Si ce sont des galets, le vinaigre blanc peut retarder l’effet de brûlures avant une prise en charge par le poste de secours par exemple. »