Education : « Je fais systématiquement un cadeau à la maîtresse de mes enfants en fin d’année »…

VOTRE VIE VOTRE AVIS Bouquets de fleurs, mugs et boites de chocolats sont les présents le plus souvent offerts aux professeurs des écoles

Delphine Bancaud
— 
Bien souvent les maîtresses et les maitres sont couverts de fleurs le dernier jour d'école.
Bien souvent les maîtresses et les maitres sont couverts de fleurs le dernier jour d'école. — Pixabay
  • À l’approche des grandes vacances, les professeurs des écoles reçoivent souvent des cadeaux de la part de nombreux parents d’élèves. Tout comme d’autres personnels de l’éducation.
  • Une manière de leur témoigner une forme de reconnaissance pour le travail fourni et de les soutenir, alors que leurs conditions de travail sont souvent difficiles.
  • Les lecteurs de 20 Minutes témoignent de leur démarche. Budget, choix du cadeau… Ils dévoilent les dessous de ces petits présents qui font tant plaisir.

Bien sûr, il y a des parents qui critiquent les enseignants. Mais aussi beaucoup d’autres qui reconnaissent leur travail formidable. Surtout à la fin de l’année scolaire, par le biais d’un cadeau. Les familles tiennent ainsi à remercier les personnels de l’Education pour leur investissement professionnel, la manière dont ils ont fait progresser l’enfant…

Dans certaines familles, c’est même devenu un rituel. « Je fais systématiquement un cadeau à la maîtresse ou au maître de mes enfants. Je trouve que c’est une preuve de reconnaissance car les enseignants en ont peu », explique Béatrice, qui a répondu à notre appel à témoins. Sonia ne tergiverse jamais non plus : « J’offre quelque chose à l’enseignant(e) de mes 3 garçons depuis la maternelle. C’est ma manière de leur témoigner ma reconnaissance pour leur travail, qui est de plus en plus difficile ». Selon Lila, ce présent est fort en symboles : « C’est une façon de les remercier de prendre soin de nos enfants, de les accompagner au quotidien dans leur évolution, et surtout de saluer leur courage. Car étant donné les conditions actuelles d’enseignement, ce ne doit pas être évident tous les jours de gérer 30 enfants entre 3 et 6 ans en maternelle ! » Armelle mesure aussi les difficultés du métier : « Les enseignants se sont impliqués tout au long de l’année pour instruire nos enfants, dans des classes qui sont souvent bien trop remplies. »

« Je vais également offrir un petit cadeau à chacune des Atsem de l’école »

Rares sont les parents qui sont vraiment opposés au principe de ce présent de sortie des classes, comme l’est Charline : « Cette pratique est une forme de pression sociale et de "corruption". Certains parents offrent des cadeaux à plusieurs dizaines d’euros, une somme conséquente que d’autres parents ne peuvent pas se permettre de dépenser. Ce qui crée automatiquement des différences. » D’autres sont plutôt favorables à la démarche, mais sous conditions, à l’instar de Pamela : « Je fais un cadeau si la maîtresse a été à l’écoute, impliquée. » Idem pour Mélanie : « Je ne fais de cadeau aux enseignants de mes enfants que si j’ai senti de la bienveillance de leur part. Bref, toutes les années sauf une. »

Bien souvent, les parents qui veulent gâter les enseignants ne s’arrêtent pas là et n’oublient pas les autres adultes qui travaillent auprès des enfants. « J’offre systématiquement un cadeau aux personnels scolaires accompagnants (AESH - accompagnant des élèves en situation de handicap - surveillants, cantiniers… ) pour leur signifier ma gratitude », témoigne Carole. « Je n’oublie pas la directrice, ni le gardien de l’école, qui font aussi un travail remarquable », relate de son côté Sonia. « Je vais offrir un petit cadeau à chacune des Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) de l’école de mon fils, qui auront un petit porte-clé personnalisé. Elles sont indispensables à l’épanouissement des enfants en maternelle et elles passent même au quotidien plus de temps que l’enseignant avec les enfants. On les oublie très souvent alors que sans elles, les enseignants et les petits sont souvent perdus », souligne Emilie.

A chacun son budget cadeaux

Et la générosité est de mise. « Notre budget est d’environ 20 à 30 euros », explique Béatrice. « La maîtresse de CP de mon fils est vraiment super. Du coup, cette année je vais augmenter le budget et lui offrir un bon d’achat de 20 euros dans une librairie », déclare de son côté Adélaïde. Alexia, elle, va même jusqu’à consacrer 50 euros pour l’instit et à l’Atsem. Et ces dernières années, les cagnottes en ligne se sont multipliées, ce qui permet parfois aux parents de ne donner que 5 ou 10 euros. Mais comme beaucoup d’entre eux participent, le montant grimpe vite.

Reste à savoir quel type de cadeau offrir. Et là, les parents débordent d’idées. « J’offre des tasses personnalisées, des mignonnettes de chocolat et une petite crème hydratante pour les mains pour soulager les mains abîmées au gel hydroalcoolique », cite Laetitia. Sonia préfère « des coffrets bio de produits pour le corps. » Sonia varie les plaisirs : « petites bougies, bon cadeau pour un soin en institut, boite de chocolats, étole ou encore les petits cadeaux DIY ! ».

« Que ça fait plaisir d’avoir des remerciements sous forme verbale ou à travers un objet ! »

Mélanie aime aussi marquer sa patte : « Ce sont souvent des tote bags, trousses, cadres photos qui sont décorés par mes enfants. Une année, j’ai offert un cadre photo avec des smarties à l’intérieur et un post-it disant "en cas d’inspection, briser la vitre !" L’enseignante a beaucoup rigolé. » Laura mise aussi sur sa créativité : « J’ai pris l’initiative de réaliser un livre photos personnalisé contenant une photo de chaque élève, accompagnée d’un mot que les parents/enfants souhaitaient laisser à la maîtresse et à l’Atsem. Cela demande un peu d’investissement personnel, mais je trouve que cela leur laissait un chouette souvenir de l’année passée. »

Et quel que soit le présent, il touche les enseignants et autres personnels. Comme en témoigne Margaux : « Il y a des porte-clefs, des chocolats, des fleurs en pot, des graines, des roses éternelles, de la menthe du jardin dans un pot personnalisé, des bijoux en plastique créés par les enfants, des fournitures scolaires, des savons, un sac avec paréo et gommage, des cadres "merci maîtresse" et des dessins. Je ne considère pas que c’est quelque chose d’obligatoire, mais qu’est-ce que ça fait plaisir d’avoir des remerciements sous forme verbale ou à travers un objet ! »

Et même quand un professeur des écoles travaille dans un quartier défavorisé, il reçoit de petites attentions très touchantes, comme en témoigne une autre enseignante : « Ce sont des poèmes joliment écrits et travaillés par des enfants qui ne parlaient pas français quelques mois avant, des objets fabriqués par eux, parfois même des objets personnels qu’ils ont pris dans leur chambre. Une fois, j’ai même reçu une aubergine ! »