Paris : Jean-Luc Mélenchon critique la police après la mort d'une femme lors d'un contrôle, Gérald Darmanin lui répond

POLICE Le ministre de l'Intérieur dénonce les « insultes » du chef de file de la France insoumise envers les forces de l'ordre

20 Minutes avec AFP
— 
A Paris, une femme est morte après que le conducteur du véhicule dans lequel elle se trouvait a refusé d'obtempérer lors d'un contrôle de police
A Paris, une femme est morte après que le conducteur du véhicule dans lequel elle se trouvait a refusé d'obtempérer lors d'un contrôle de police — STAFF / AFP

Gérald Darmanin a dénoncé lundi les « insultes » de Jean-Luc Mélenchon contre les policiers, dont trois sont en garde à vue à Paris pour avoir tué la passagère d’une voiture lors d’un contrôle et grièvement blessé le conducteur.

« La police tue et le groupe factieux Alliance (syndicat de police) justifie les tirs et la mort pour » refus d’obtempérer. « La honte c’est quand ? », a tweeté le leader des Insoumis​ dans la nuit de dimanche à lundi, à une semaine du premier tour des élections législatives. « Encore un abus de pouvoir inacceptable. La peine de mort pour un refus d’obtempérer. Le préfet approuve ? Le ministre félicite ? La honte c’est quand ? », avait-il déjà écrit plus tôt sur le même réseau social.

Insulter la police « déshonore ceux qui veulent gouverner », dit Darmanin

« Les policiers, les gendarmes méritent le respect. Ils font un travail courageux, difficile et risquent leur vie à chaque instant. Les insulter déshonore ceux qui veulent gouverner. Laissons les enquêtes se faire sans les utiliser comme des otages d’une campagne électorale », lui a répondu le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Marine Le Pen a de son côté dénoncé les mots « d’une gravité inouïe » de Mélenchon « à quelques jours de sa retraite politique ». « Il fait donc le choix du déshonneur en rompant définitivement avec les valeurs de la République française », a ajouté la cheffe de file du Rassemblement national.

« Ce sont des propos indignes de quelqu’un qui prétend vouloir gouverner la France », a réagi de son côté Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans et ancien ministre de François Hollande. Le délégué général d’Alliance Frédéric Lagache a dénoncé à l’AFP des « propos inqualifiables » et annoncé un dépôt de plainte « dès demain » (mardi).

Le conducteur brièvement en garde à vue

Samedi, en fin de matinée, trois policiers ont ouvert le feu dans le nord de Paris sur les occupants d’une voiture soupçonnés d’avoir refusé de se soumettre à un contrôle puis de leur avoir « foncé » dessus, selon le récit d’une source policière.

Les gardes à vue des trois policiers, deux hommes et une femme, auditionnés à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour « violence avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique » ont été prolongées lundi, a indiqué le parquet de Paris.

Le conducteur de la voiture a lui été placé brièvement lundi en garde à vue à l’hôpital pour « tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique » avant que la mesure ne soit suspendue, l’homme de 38 ans n’étant finalement pas en état d’être entendu à ce stade.