Météo : Des mesures pour soulager les exploitations touchées par la grêle, annonce Marc Fesneau

AGRICULTURE Le nouveau ministre de l'Agriculture a fait un déplacement ce lundi dans l'est du Bordelais pour annoncer une série de mesures pour aider les exploitations fragilisées par la grêle

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau rencontre une vigneronne et annonce des aides pour les exploitations touchées par la grêle début juin 2022.
Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau rencontre une vigneronne et annonce des aides pour les exploitations touchées par la grêle début juin 2022. — AFP

Un coup de pouce bienvenu ? Le nouveau ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Marc Fesneau a annoncé lundi dans l'est du Bordelais l'activation d'une série de mesures, dont l'étalement du remboursement des prêts garantis par l'Etat, pour soulager les exploitations agricoles touchées par l' épisode violent de grêle qui a traversé la France en fin de semaine dernière.

Un déplacement dans le Bordelais ce lundi

«On va activer très rapidement les dispositifs qu'on connaît, comme l'allègement des charges sociales, la défiscalisation sur la taxe sur le foncier non bâti, ce sont des éléments classiques qu'on connaît; regarder aussi les dispositifs qui peuvent être pris dans le cadre des calamités agricoles», a déclaré à la presse Marc Fesneau après sa rencontre avec des viticulteurs dans une exploitation touchée jeudi de Saint-Quentin-de-Caplong, à la limite du Bergeracois.

«Il y a une demande qui a été faite, on y travaille d'arrache-pied, pour faire en sorte que les prêts garantis par l'Etat puissent être prolongés dans la durée car on va avoir dans ses exploitations des pertes de recettes», a-t-il poursuivi, sans donner d'éléments chiffrés.

«On va faire au cas par cas»

Sur le court terme, «on a besoin de disposer très rapidement d'un état des lieux pour activer les dispositifs (...) On a un événement très violent sur de très nombreux départements mais dans des zones localisées. On a besoin de regarder les différences entre ceux qui étaient assurés ou ne l'étaient pas, ceux qui étaient couverts pour tels ou tels risques. On va faire au cas par cas», a-t-il continué, assurant de «la mobilisation de l'État».

Il est également revenu sur le nouveau dispositif de l'assurance-récolte, qui s'appliquera à partir du 1er janvier 2023. «C'est le doublement du budget passant de 300 à 600 millions d'euros, qui permettra à plus d'agriculteurs de s'assurer».

Côté prévention, «il faut qu'on travaille à des systèmes qui permettent d'amoindrir les effets des phénomènes tempétueux (face) au dérèglement climatique qui produit des évènements plus réguliers et plus puissants».

Une «vraie catastrophe» pour l'agriculture

L'orage intense qui a traversé la France a été une «vraie catastrophe» pour l'agriculture, la grêle ayant touché aussi bien des vignes, des cultures de céréales que des bâtiments, a déclaré dimanche à l'AFP la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

D'importants dégâts ont été relevés à travers la France, avec plus de 40 départements touchés, allant de la Bretagne au Gers et aux Landes en passant par l'Indre-et-Loire ou encore l'Allier, selon le syndicat.