Pédocriminalité dans l’Église : Les victimes peuvent toucher jusqu’à 60.000 euros selon trois critères

JUSTICE En France, le nombre d'enfants victimes de pédocriminalité par des religieux au sein de l'Institution est estimé à 216 000, selon un rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'église (Ciase)

20 Minutes avec agence
Des policiers dans une Église, illustration
Des policiers dans une Église, illustration — Andri Husen / AFP

Créée en novembre 2021, l'Instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation (Inirr) vient de fixer à 60.000 euros au maximum l'indemnisation versée aux victimes de pédocriminalité dans l' Église, comme le révèle France Info dans un article publié ce mercredi. 

Cette instance chargée d'instruire les demandes des victimes de violences sexuelles au sein de l'Église a défini trois critères permettant d'établir le montant de ces réparations : la nature des faits subis, les conséquences sur la victime, notamment psychologiques, et enfin la façon dont l'institution religieuse a, ou n'a pas, réagi. 

Une indemnisation décidée au cas par cas

Selon nos confrères, une échelle permet d'établir le degré de gravité de chacun de ces critères. Ainsi, une exhibition sexuelle correspond à 1/10 tandis que des viols à répétition sont considérés comme le degré maximal de gravité, soit 10/10. France Info précise que chaque fait est étudié au cas par cas par un collège d'expert chargé de déterminer le montant de l'indemnisation. 

D'après un récent rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'église (Ciase), le nombre d'enfants victimes d’attouchements, d’agressions sexuelles ou de viols par des religieux au sein de l'Église est évalué à 216 000. Un chiffre qui grimpe à 330 000 si l'on prend en compte les agresseurs laïc, comme l'expliquait le dirigeant de la Ciase en octobre dernier.