En 2021, les donateurs français ont été plus généreux… mais moins nombreux

SOLIDARITE Selon le nouveau baromètre de France générosités, les dons ont connu une hausse de 4,5 % en 2021

avec agence
Les Restos du coeur (illustration)
Les Restos du coeur (illustration) — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

France générosités vient de dévoiler son nouveau baromètre sur les dons réalisés par les Français en 2021. Celui-ci fédère les bilans de 56 associations de différents types comme Amnesty International, Greenpeace, le Secours Catholique ou encore la Ligue contre le cancer. D’après les résultats, les dons ont ainsi augmenté de 4,5 % en 2021. « Un chiffre qui témoigne de la confiance accordée par les Français aux associations et aux fondations pour répondre notamment aux besoins exceptionnels générés par les conséquences de la crise », explique France générosités citée par Le Parisien.

L’année dernière, 40 % des dons ont été réalisés par prélèvement automatique, contre 34 % en 2012. Ce mode de paiement a connu, entre 2020 et 2021, une hausse de plus de 8 %. « C’est un moyen de fidéliser, de créer un attachement à une association. Surtout c’est un système qui évite de relancer le donateur, et pour lui c’est aussi un moyen de ne pas y penser, et de résilier très facilement s’il le souhaite », explique Nolwenn Poupon, directrice des études et de la communication chez France générosités.


Le nombre de donateurs a chuté de 9 % en dix ans

De son côté, le montant moyen des dons a lui aussi connu une augmentation : +6,5 % sur les paiements en chèque (soit une moyenne de 81 euros), +3,7 % pour les dons en ligne (qui atteignent une moyenne de 133 euros) et +2 % pour les dons par prélèvement automatique, soit les dons les plus importants avec 149 euros.

Mais bien que le montant des dons soit plus élevé, le nombre de donateurs, lui, a chuté de 9 % entre 2011 et 2021. « Il faut faire entrer le don dans le quotidien des Français, et cela passe par exemple par l’éducation à la générosité. Cela permet de planter des graines qui germeront dans 30 ans », analyse Nolwenn Poupon. Selon elle, la communication autour des associations doit se développer car « 14 % des personnes disent ne pas savoir à qui donner ». Une plateforme a été mise en place par France générosités. On peut y trouver des informations sur les dons mais également être mis en relation avec des associations ou fondations.