Loire : Une soixantaine de cadavres de chats retrouvés dans le congélateur et le jardin de locataires

ANIMAUX A la suite de l’expulsion de leurs locataires, les propriétaires d’une maison de la Loire ont découvert une soixantaine de cadavres de chatons et chats « soigneusement enveloppés dans des tissus », entreposés dans le congélateur ou enterrés dans des pots de fleurs

C.G. avec AFP
— 
Un chaton (Illustration)
Un chaton (Illustration) — Pixabay

La surprise a été de taille au moment de reprendre possession de leur bien. Après l’expulsion de leurs locataires, qui ne payaient plus le loyer depuis un an et demi, les propriétaires d’une maison située à Bellegarde-en-Forez (Loire) ont fait une macabre découverte. Ils ont retrouvé sur place une soixantaine de cadavres de chats.

Trente-deux, essentiellement des chatons, étaient « soigneusement enveloppés dans des langes en tissus » et entreposés dans un congélateur au milieu des glaces et des morceaux de poisson pané, indique la gendarmerie, confirmant une information du Progrès. Les autres, également recouverts de tissus, étaient enterrés dans des pots de fleurs, dans le jardin de la demeure.

Pas d’actes de cruauté selon les premiers éléments de l’enquête

Le couple de locataires, originaire de l’Isère, a été expulsé à la mi-mai. Les propriétaires ont découvert de nombreux excréments d’animaux et des pièces en piteux état, desquelles s’échappait une odeur pestilentielle. « Quand ma femme voit un chat, elle ne peut pas s''empêcher de le recueillir », a indiqué le locataire au Progrès, précisant que son épouse avait l’habitude de mettre les animaux morts au congélateur avant de pouvoir les enterrer dignement, selon elle.

La gendarmerie a ouvert une enquête. La nécropsie, pratiquée sur les cadavres, a conclu à l’absence d’actes de cruauté. Le couple, qui souffre de problèmes psychologiques, doit être entendu par les gendarmes. Avant leur expulsion, il vivait avec une trentaine de chats vivants et deux chiens.