Saint-Brieuc : Une information judiciaire ouverte après la noyade d’une femme sur le chantier éolien

ENQUETE Une femme qui marchait sur une plage d’Erquy est morte le 2 mai après être tombée dans une fosse creusée pour permettre le raccordement du parc éolien offshore de Saint-Brieux

C.A.
— 
Sur la plage de Caroual, à Erquy, une femme est morte noyée en tombant dans un canal creusé dans le cadre du chantier de construction du parc éolien de Saint-Brieuc.
Sur la plage de Caroual, à Erquy, une femme est morte noyée en tombant dans un canal creusé dans le cadre du chantier de construction du parc éolien de Saint-Brieuc. — Mathieu Pattier / SIPA
  • Le lundi 2 mai, une femme de 70 ans s'étaut noyée alors qu'elle marchait au bord de l'eau  sur la plage de Caroual, à Erquy.
  • L’intervention rapide de témoins, notamment son mari et sa fille qui se trouvaient à proximité, n’avait pas permis de la sauver.
  • Le procureur de la République de Saint-Brieuc a souhaité ouvrir une information judiciaire pour « homicide involontaire » et confier les investigations à un magistrat instructeur « aux fins d’établir la vérité et de déterminer les éventuelles responsabilités pénales qui pourraient être engagées ».

La complexité des investigations a poussé le parquet de Saint-Brieuc à ouvrir une information judiciaire trois semaines après la mort d’une femme sur le chantier du parc éolien des Côtes d’Armor. Le lundi 2 mai, une femme de 70 ans s’était noyée alors qu’elle marchait au bord de l’eau sur la plage de Caroual, à Erquy. Alors qu’elle avait de l’eau jusqu’à mi-mollets, la victime était tombée dans un canal d’une profondeur de 3 à 5 mètres « avec un dénivelé quasi immédiat ». L’intervention rapide de témoins, notamment son mari et sa fille qui se trouvaient à proximité, n’avait pas permis de la sauver.

Depuis cette tragédie, « des constatations extrêmement détaillées ont été réalisées sur place », assure Nicolas Heitz. Le procureur de la République de Saint-Brieuc a souhaité ouvrir une information judiciaire pour « homicide involontaire » et confier les investigations à un magistrat instructeur « aux fins d’établir la vérité et de déterminer les éventuelles responsabilités pénales qui pourraient être engagées ». Pour l’heure, le dossier ne vise personne en particulier. L’enquête devra notamment déterminer si la signalisation était suffisante pour alerter les promeneurs du danger. Et également vérifier la conformité des arrêtés pris par les différentes commissions nautiques locales.

L’un des deux canaux n’avait pas été bouché

Deux canaux contigus avaient été creusés sur une largeur de 60 mètres et une longueur de 250 mètres. Si l’un des canaux avait été partiellement comblé, l’autre devait l’être « après l’intervention des plongeurs pour ancrer les câbles en les lestant », précisait le procureur Nicolas Heitz après l’accident.

Très critiqué, notamment des pêcheurs, le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc doit être érigé à 16,3 km de la côte et comptera 62 éoliennes de 200 m de haut. Il est censé produire 1.820 GWh par an, l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants, selon la société Ailes Marines chargée de sa construction. Sa mise en service est prévue fin 2023.