Marseille : « Plus d’une vingtaine d’étuis de calibre différent » Fermée depuis ces tirs du 18 mai, une crèche des quartiers nord va rouvrir lundi

FAITS DIVERS Une réunion s’est tenue en préfecture lundi soir pour assurer la continuité du service, après les tirs en l’air survenus la semaine dernière en pleine journée, vers 12h45

Caroline Delabroy
— 
La présence policière est renforcée dans le quartier depuis le 18 mai (Photo d'illustration)
La présence policière est renforcée dans le quartier depuis le 18 mai (Photo d'illustration) — Alexandre Vella / 20 Minutes
  • Trois jeunes ont été interpellés après les tirs dans la cité de la Solidarité, à proximité d’une crèche, selon une source proche de l’enquête.
  • L’association qui gérait jusqu’alors cette crèche de 60 places a décidé de quitter les lieux, et une réunion en préfecture a eu lieu pour trouver une solution.
  • Selon la maire adjointe Samia Ghali, la Ligue locale de l’enseignement, qui gère le centre social à côté, va reprendre la structure. Des premiers enfants vont pouvoir retrouver le chemin de la crèche à partir de lundi.

« Il a été décidé le maintien de l’ouverture la crèche ». Dès lundi, les enfants seront ainsi de nouveau accueillis au sein de la crèche associative Tifrioul à la Solidarité, dans les quartiers nord de Marseille, indique à 20 Minutes la préfecture des Bouches-du-Rhône. La crèche était en effet fermée depuis le mercredi 18 mai, à la suite de « coups de feu tirés en l’air » en pleine journée à proximité, comme l’a révélé France Bleu Provence, précisant que cette structure accueille une soixantaine d’enfants et une quinzaine de personnels.

« Sur place, nous avons constaté plus d’une vingtaine d’étuis de calibre différents, sur le secteur du bâtiment C », nous confirme une source policière, qui indique que les forces de l’ordre sont intervenues sur place vers 12h45, à la suite d’appels de riverains au 17. La police a notamment sécurisé la sortie des enfants à l’arrivée des parents, raconte France Bleu, qui témoigne de leurs inquiétudes. Aucune victime ou blessé n’est heureusement à déplorer.

La crèche va changer de main

Selon la préfecture, qui a organisé lundi soir une réunion avec les différents partenaires et les représentantes des parents, « un nouveau porteur se propose de prendre le relais pour la suite et dans les prochaines semaines ». « Les réunions de travail techniques sur le sujet sont en cours, précise-t-elle. En tout état de cause, le maintien du service est assuré. » En 2018, une crèche de la Busserine avait dû fermer à cause de l’insécurité.

Baisser le rideau, c’est ce que voulait aussi La Solidarité selon plusieurs sources, confirmées par la maire adjointe Samia Ghali : « Ils ne veulent plus venir sur la structure. On ne peut pas obliger les gens à rester, mais si à chaque fois que l’on a sujet, on tire les rideaux… Ce n’est pas la crèche qui était visée. On ne peut pas, du jour au lendemain, envoyer un mail aux personnels et aux parents et mettre les gens comme ça devant le fait accompli. »

Elle explique que la crèche devrait être reprise par la Ligue de l’enseignement 13, qui gère le centre social à côté. Il faut à présent que les choses se mettent en place. « Il y a notamment des questions de contrats pour les salariés qui veulent rester sur le site, poursuit l’élue. Soixante enfants, ce n’est pas une petite crèche. On a vu les choses avec les représentants des parents lors de la réunion lundi soir. A partir de lund prochain, tous les enfants ne pourront pas être accueillis, cela dépendra du nombre de personnels. Ce sera en priorité les parents qui n’ont pas d’autres solutions de garde, mais l’idée est que la situation redevienne normale dans la semaine qui suit. »

Trois jeunes interpellés

La police judiciaire a en parallèle été chargée de l’enquête. Selon une source proche, ces tirs interviennent dans un contexte de « coup de force, de reprise en main d’un point de deal, en faisant étalage de sa puissance de feu. » Une autre source, proche de l’enquête, évoque trois personnes interpellées depuis. « Les jeunes qui ont tiré ont été arrêtés », assure aussi Samia Ghali, qui dit aussi qu’une réflexion va être engagée sur la sécurisation du site. En attendant, la présence policière, déjà active en temps normal, a été renforcée dans la cité, indique-t-on du côté de la préfecture de police. Elle sera sans doute forte aussi lundi, lors du retour des enfants à la crèche.