Cognac : Deux Rafale se touchent en vol lors d’un meeting aérien

ACCROCHAGE L’un des deux appareils a perdu un morceau de sa dérive, qui a détérioré la toiture d’une habitation du village de Gensac-la-Pallue

M.B. avec AFP
— 
Un Rafale de l'Armée de l'air française
Un Rafale de l'Armée de l'air française — Mickaël Bosredon/20 Minutes

Un accident extrêmement rare, et qui aurait pu très mal finir. Deux Rafale se sont touchés dimanche lors du meeting national de l'air de la Fosa, organisé à la base 709 de Cognac-Chateaurenard (Charente).



« Durant leur présentation tactique, deux Rafale de la 30e escadre de Chasse se sont touchés en vol » vers 12h40, confirme le colonel Nicolas Lyautey, commandant de la base de Cognac-Châteaubernard. L’un d’eux a perdu un morceau de sa dérive, qui lors de sa chute a détérioré la toiture d’une habitation ». Les deux appareils se sont toutefois posés « sans difficulté », et « aucun blessé n’est à déplorer. »

Une enquête technique est en cours, et des enquêtes administrative et judiciaire vont être ouvertes, pour faire la lumière sur cet incident. Un tel accident est extrêmement rare puisque le dernier de ce genre était survenu en avril 2010 durant un entraînement de la Patrouille de France, selon le service de presse de l’armée de l’air.

« On a eu de la chance »

Dans le village de Gensac-la-Pallue, où le bruit de la chute de la dérive sur une toiture a été entendu par plusieurs habitants, on attend des explications. Un habitant de la rue où est tombé le morceau d’avion a indiqué que le débris avait « endommagé une toiture » et « cassé des tuiles » avant de « tomber sur la chaussée ».

C’était « un morceau d’environ un mètre sur 40 cm », a-t-il expliqué. « J’étais en train de déjeuner quand ça s’est passé. J’ai vu la pièce par terre de loin, il y avait beaucoup de forces de l’ordre autour mais un voisin nous a envoyé une photo. Heureusement que l’occupante de la maison n’était pas chez elle à ce moment-là ! »

« On a eu de la chance », estime de son côté dans les colonnes de Sud Ouest le maire de la commune, Bernard Mauzé, habitant lui-même cette petite rue.