Lyon : Grégory Doucet reproche à Laurent Wauquiez de « mettre en péril » plusieurs institutions culturelles

SUBVENTIONS Le maire de Lyon, Grégory Doucet, regrette ce mercredi « le désengagement financier brutal » de la région Auvergne-Rhône-Alpes auprès de structures culturelles emblématiques

Jérémy Laugier
— 
Laurent Wauquiez, ici lors d'un meeting de Valérie Pécresse, le 7 avril à Lyon.
Laurent Wauquiez, ici lors d'un meeting de Valérie Pécresse, le 7 avril à Lyon. — ROMAIN DOUCELIN/SIPA

Les subventions accordées par Laurent Wauquiez et la région Auvergne-Rhône-Alpes sont décidément dans l’actualité cette semaine. Dès lundi soir, l’élu LR avait annoncé que l’autorisation du port du burkini dans les piscines municipales coûterait à Eric Piolle et à la ville de Grenoble toute subvention de la part de la région au motif de « rupture avec la laïcité » selon lui.



Ce mercredi, le maire EELV de Lyon Grégory Doucet vient de poster une vidéo sur son compte Twitter pour se plaindre du « désengagement financier brutal et sans précédent » de la région AURA auprès des institutions culturelles de la ville. Grégory Doucet cite plusieurs exemples, comme la Villa Gillet, qui s’apprête à perdre un tiers de ses ressources ou l’Orchestre national de Lyon et les Biennales, qui verraient leurs subventions régionales diminuer de moitié. Le musée Tony Garnier risque même de fermer en raison de ce choix opéré par la direction de la région.

« Pas forcément le rôle de la région d’aider autant certaines structures »

Grégory Doucet pointe « des sacrifices sans justification ». « M. Laurent Wauquiez, nous vous demandons de revenir sur cette décision, lance à trois reprises le maire écologiste durant sa vidéo. Vous mettez en péril les activités et les emplois culturels déjà fragilisés par la crise sanitaire. »

Le 22 avril, Sophie Rotkopf (LR), vice-présidente de la région AURA chargée de la culture s’était confiée dans Le Progrès sur ce sujet controversé : « On a beaucoup aidé certaines structures, ce n’était pas forcément le rôle de la région de les aider autant. » Ça ne sera a priori plus le cas pour plusieurs d’entre elles, amenées à subir un nouveau coup dur après les immenses difficultés liées au Covid-19.