C’est l’heure du BIM : La Suède et la Finlande candidatent à l’Otan, Darmanin contre le burkini et mortelle pollution

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.
— 
De gauche à droite : les drapeaux de la Suède, de l'Otan et de la Finlande.
De gauche à droite : les drapeaux de la Suède, de l'Otan et de la Finlande. — Jeppe Gustafsson//SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

La Suède et la Finlande vont déposer leur candidature à l’Otan ce mercredi

Cela ne va plaire ni à Moscou, ni à Ankara. La Suède et la Finlande vont déposer ce mercredi leur candidature à l’Otan. Les demandes d’adhésion seront remises au siège de l’alliance à Bruxelles au secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg à 8 heures, par les ambassadeurs des deux pays nordiques. Alors que Vladimir Poutine a semblé lundi mettre en sourdine ses menaces de représailles, le principal obstacle semble désormais venir de l’intérieur de l’alliance. La Turquie, dont la ratification est impérative comme celle de chacun des 30 membres de l’Otan, ne cesse en effet d’affirmer son hostilité à ces adhésions.

Darmanin s’attaque au choix fait par Grenoble autour du burkini

Gérald Darmanin est bien décidé à agir contre le risque d’un retour du burkini à Grenoble. Il a en effet qualifié mardi d'« inacceptable provocation communautaire » l’autorisation du port de ce maillot de bain dans les piscines municipales de la ville. Le conseil municipal de Grenoble, dirigé par le maire écologiste Eric Piolle, a en effet validé lundi par une courte majorité une modification du règlement intérieur des piscines se traduisant par cette autorisation. Le ministre de l’Intérieur du gouvernement démissionnaire a surtout « donné instruction au préfet de déférer en "déféré laïcité" la délibération permettant le port du "Burkini" et, le cas échéant, d’en demander le retrait ».

En 2019, la pollution a causé la mort prématurée de 9 millions de personnes

C’est une statistique qui ne s’améliore pas et qui est toujours aussi extrêmement inquiétante : environ une mort prématurée sur six dans le monde est liée à la pollution. Celle-ci a en effet été responsable de la mort prématurée de neuf millions de personnes en 2019, selon une étude publiée mercredi dans la revue Lancet. La pollution et les déchets créés par les humains rejetés dans l’air, l’eau et le sol tuent rarement directement, mais sont à l’origine de graves maladies du cœur, de cancers, de problèmes respiratoires ou de diarrhées aiguës.