Festival de Cannes : Soirées, affluence... La Grand-messe du cinéma de retour à sa vitesse de croisière ?

STARS ET PAILLETTES Les professionnels s’attendent à retrouver les chiffres des années pré-Covid, voire à les dépasser pour cette 75e édition du Festival de Cannes

Fabien Binacchi
— 
L'édition 2022 du Festival de Cannes se tient jusqu'au 28 mai sur la Croisette
L'édition 2022 du Festival de Cannes se tient jusqu'au 28 mai sur la Croisette — Frederic DIDES/SIPA
  • Annulé en 2020 et décalé en juillet l’an dernier, face à la pandémie, le Festival de Cannes serait enfin de retour en vitesse de croisière.
  • Les hôtels affichent déjà « complets sur la première semaine, toutes catégories confondues ».
  • Et preuve que Cannes fait toujours recette, de nouveaux venus sont même annoncés. L’Arc, discothèque parisienne des Champs-Élysées, vient poser ses DJs rue Macé pendant tout le festival.

Les armadas d’Américains (et Tom Cruise) de retour, de nombreuses soirées annoncées, les hébergements complets… Depuis plusieurs semaines, les signaux ne trompent pas sur la Croisette : « ça va être un gros festival », témoignent plusieurs acteurs économiques de la Grand-messe du cinéma qui revient dès ce mardi soir dans son format traditionnel.

Annulé en 2020 et décalé en juillet l’an dernier, à cause du Covid-19, le Festival de Cannes serait enfin de retour en vitesse de croisière. Les indicateurs sont en tout cas au vert. Avec les restrictions allégées dans la majorité des pays du monde, la fin de la distanciation et de l’obligation du port du masque, la Croisette veut s’amuser à nouveau.

« Similaire aux années pré-Covid »

La mairie qui traite les demandes de privatisation de l’espace public, pour l’organisation d’événements, en a enregistré pour cette 75e édition un nombre « similaire aux années pré-Covid ». « Les grosses soirées reviennent », confirme l’hôtel de ville où l’on évoque des « dîners des syndicats professionnels » et des « soirées des partenaires du festival » par exemple.

Magnum, qui organise des fiestas parmi les plus courues de la Croisette, signe aussi son grand retour, en format resserré. « Nous serons là de mercredi soir à vendredi soir avant de repartir pour nous concentrer sur Roland-Garros, dont nous sommes partenaires », explique Frédéric Henry, le responsable communication de la marque de crèmes glacées. Jeudi soir, elle devrait faire grand bruit en invitant sa nouvelle égérie, Kylie Minogue, à se produire sur sa plage.

La plage Nespresso est également là, tout comme Nomade installé, avec le chef Adrien Cachot, sur le banc de sable de la Vegaluna. Et, preuve que Cannes fait toujours recette, de nouveaux venus sont même annoncés. L’Arc, discothèque parisienne des Champs-Élysées, vient poser ses DJs rue Macé pendant tout le festival. Installé à Paris, Val d’Isère et Ramatuelle, le restaurant Loulou débarque aussi sur la Croisette. Il arrive sur le toit-terrasse du JW Marriott, chez la papesse des soirées cannoises, Albane Cléret, qui fête ses 20 ans de présence au festival cette année. La marque Campari, iconique apéritif italien (à consommer avec modération), investit également largement la Quinzaine.

Les hôtels ont « même du mal à répondre à la demande »

Et malgré la quasi-absence de la clientèle asiatique, d’Océanie, et des Russes, la ville va faire le plein. La mairie note que le niveau de réservation hôtelière est même « meilleur qu’en 2019 ». Les établissements affichent déjà « complets sur la première semaine, toutes catégories confondues ». Un engouement retrouvé à mettre aussi en perspective avec l’indisponibilité des 343 chambres du Carlton, en travaux jusqu’en 2023.

« On fait mieux qu’en 2019. Nous avons même du mal à répondre à la demande », confirme le patron du Martinez, Yann Gillet, qui profite du Festival de Cannes pour lancer l’Oasis, son nouvel espace bien-être. Et le responsable de préciser que « l’absence des clients d’Asie et d’Australie est largement compensée par un bond important des visiteurs en provenance d’Amérique du Sud ».

Le bilan de cette édition 2022 sera dans tous les cas très attendu. Toute la ville espère en retirer une manne au moins aussi importante qu’en 2019, avec des retombées économiques chiffrées alors à 196 millions d’euros.