Lyon : Le Conseil d’Etat suspend la dissolution du groupe antifasciste Gale

REBONDISSEMENT Les juges des référés du Conseil d’Etat ont annoncé suspendre ce lundi le décret de dissolution du groupe d’ultragauche, un mois et demi après la décision du Conseil des ministres

J.Lau.
— 
Photo d'une manifestation antifa, qui s'est déroulée à Lyon en mai 2021.
Photo d'une manifestation antifa, qui s'est déroulée à Lyon en mai 2021. — KONRAD K./SIPA

Grosse victoire ce lundi pour le Groupe antifasciste Lyon et environs (la Gale), qui a obtenu gain de cause devant le Conseil d’Etat. Ce dernier vient en effet de suspendre en référé la dissolution du groupe d’ultragauche lyonnais. Les juges des référés du Conseil d’Etat sont donc allés à l’encontre du gouvernement, qui avait dissous la Gale le 30 mars en Conseil des ministres, comme l’avait alors annoncé Gabriel Attal.

Ils estiment que les éléments avancés par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ne permettent pas de démontrer que la Gale a incité à commettre des actions violentes et troublé gravement l’ordre public. La Gale avait dénoncé dès le 30 mars « une atteinte aux libertés d’association, de réunion, d’expression et d’opinion » et déposé un recours en référé.

« Pas à l’origine des appels ayant pu générer des troubles graves »

« Si la Gale a relayé sur ses réseaux sociaux des appels à participer à des manifestations, dont certaines non déclarées et qui ont pu générer des troubles graves à l’ordre public, dans le cadre du mouvement dit des "gilets jaunes" ou contre le pass sanitaire, le groupement n’a pas été à l’origine de ces appels, précise le communiqué du Conseil d’Etat ce lundi. Il n’est d’ailleurs pas démontré que les actions violentes qui y ont été commises soient liées aux activités de la Gale. »



Or, le code de la sécurité intérieure prévoit qu’un groupement peut être dissous pour trouble grave à l’ordre public. Cinq jours après l’audience de la Gale devant le Conseil d’Etat à Paris, celle-ci a donc obtenu la suspension de sa dissolution ce lundi. « La Gale ressurgit », savoure le groupe d’ultragauche lyonnais sur Twitter.