Nantes : Ils ont participé à la première Kidical Mass, manifestation européenne pour la sécurité des enfants à vélo

VELORUTION L’événement européen, baptisé Kidical Mass, s’est déroulé à Nantes ce dimanche. Il vise à réclamer davantage de sécurité à vélo pour les familles avec enfants dans les rues

Frédéric Brenon
— 
La première KidicalMass française dans les rues de Nantes, dimanche 15 mai 2022.
La première KidicalMass française dans les rues de Nantes, dimanche 15 mai 2022. — F.Brenon/20Minutes
  • La Kidical Mass, événement militant, s’est déroulée dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Nantes et Tours.
  • Près de 300 parents et enfants ont manifesté joyeusement dans les rues de Nantes ce dimanche.
  • Ils demandent que les aménagements cyclables soient plus nombreux et prennent davantage en compte les plus jeunes.

Des bicyclettes de toutes tailles, des triporteurs, des vélos cargos, des carrioles… Quelque 300 cyclistes, dont de nombreux enfants, ont manifesté joyeusement ce dimanche matin dans les rues de Nantes pour réclamer davantage d’aménagements cyclables sécurisés pour les plus jeunes et leurs familles. L’événement, baptisé Kidical Mass, consistait en une balade festive de six kilomètres dans les rues. Il se déroulait en simultané dans plusieurs grandes villes européennes ce week-end. Et c’était la première fois qu’il se tenait en France.



« Pour une première on est super contents, rapporte Corinne, l’une des organisatrices de la Kidical Mass. J’espère que ça va marquer les esprits et contribuer à faire avancer les choses auprès des pouvoirs publics. Sécuriser les déplacements à vélo, ce n’est pas qu’un sujet de parents bobo écolo. C’est dans l’intérêt de tout le monde, du bien-être de nos enfants, de la santé publique, de l’environnement. Toutes les villes sont concernées. »

Les trajets à l’école, gros sujet de préoccupation

Les participants à la Kidical Mass réclament des voies cyclables protégées, une réduction de la vitesse de circulation automobile, le respect des trottoirs… « Je transporte mes enfants en vélocargos à l’école mais ils pourraient tout à fait y aller avec leurs propres vélos si le chemin était plus sûr. Il faut que ça change », raconte Yannick, père de famille. « A Nantes on a la chance d’avoir pas mal de pistes cyclables. Mais ce ne sont souvent que des bandes pas du tout rassurantes. Un écart est vite fait avec un enfant et, si une voiture le frôle, c’est la catastrophe assurée », ajoute Justine, jeune maman.

« C’est aussi une question de rapport de force, soutient Simon, habitant de Rezé. Plus les cyclistes seront nombreux dans la rue, plus il sera facile et sécurisant de se lancer. Mais, pour l’instant, il n’y a pas de suffisamment de familles qui osent. Certains parents ont peur, d’autres cèdent à la facilité de la voiture, y compris si l’école ou la salle de sport se trouve dans le quartier. C’est dommage. »

Des rues scolaires et des axes sécurisés

Observateur de l’événement, Simon Citeau, adjoint au maire de Nantes en charge des déplacements doux, se « félicite de ce mouvement citoyen ». « Le vélo est devenu un sujet majeur pour les habitants. Nous sommes aujourd’hui sollicités pour le développer dans tous les quartiers, sans exception. Nous savons qu’il y a, notamment, un vrai sujet sur les trajets à l’école. Nous allons développer des rues scolaires, sans voiture, pour apaiser les approches de l’école et permettre aux élèves, aux parents, de se réapproprier la rue. »

L’élu rappelle aussi qu’un engagement a été pris d’aménager 50 kilomètres d’axes sécurisés, « c’est-à-dire séparés du trafic », d’ici à 2026 sur l’ensemble de la métropole. « Cela se concrétisera par exemple sur l’axe Bottière-Dalby-Gare, tracé aujourd’hui compliqué pour les cyclistes. » Un premier dimanche sans voiture sera également organisé à Nantes en septembre.

Quant à la Kidical Mass, elle devrait connaître un deuxième acte le 25 septembre.